SCIASCIA LEONARDO (1921-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romans policiers et historiques au service de la critique politique

En 1962, avec Le Jour de la chouette (Il Giorno della civetta), Sciascia utilise pour la première fois la technique du roman policier, à propos d'un assassinat commis par la mafia. La question de savoir qui est le coupable fait entrevoir, en effet, que celui-ci n'est peut-être pas seul, de sorte que c'est, en fin de compte, tout un groupe, une organisation entière qui se trouve mise en cause par l'enquête. Il est bien clair que, pour Sciascia, ce type de roman ne répond pas seulement au goût, constant chez lui, de résoudre des énigmes, et que, bien plus que de découvrir quelqu'un, il s'agit pour lui, avant tout, de révéler quelque chose. Ainsi, dans Le Jour de la chouette, le phénomène typiquement sicilien de la mafia, qui est l'un des exemples les plus évidents et les plus révoltants de ce qu'il ne cesse de dénoncer, c'est-à-dire l'existence d'un groupe social qui s'arroge le droit d'imposer sa propre loi pour la défense arbitraire d'intérêts particuliers, et n'hésite pas devant le crime et l'assassinat.

Autrement dit, pour Sciascia, l'enquête policière est un moyen, particulièrement efficace, de faire naître la réflexion et la prise de conscience du caractère inacceptable d'un système politique et social.

À plusieurs reprises, il reprendra cette forme d'expression qui convient parfaitement à son propos. À chacun son dû (A ciascuno il suo, 1966), Le Contexte (Il Contesto, 1971), Todo modo (1974) appartiennent à cette même veine et élargissent peu à peu le discours jusqu'à une mise en question radicale de tout le système politique italien. Il n'est donc pas étonnant que certains de ces textes aient été utilisés comme point de départ pour des scénarios de films (c'est le cas, notamment, de Cadavres exquis, de Francesco Rosi).

En réalité, plus que la fiction de l'enquête policière, ce qui est essentiel, chez Sciascia, c'est la passion de l'enquête sur la réalité, le besoin anxieux de connaître une vérité qui peut être l [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  SCIASCIA LEONARDO (1921-1989)  » est également traité dans :

LE CONSEIL D'ÉGYPTE, Leonardo Sciascia - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Carina MEYER-BOSCHI
  •  • 825 mots
  •  • 1 média

Avec Le Conseil d'Égypte , publié en 1963, l'écrivain sicilien Leonardo Sciascia (1921-1989) vient confirmer la singularité de sa poétique. Comme son premier livre Les Paroisses de Regalpetra (1956) , que suit 1848 – une longue nouvelle ouvrant le volume des Oncles de Sicile (1960) –, ce récit se penche sur l'histoire tourmentée de son île natale. Située à Palerme à la fin du xviii e  siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-conseil-d-egypte/#i_81440

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les écrivains siciliens »  : […] Les écrivains siciliens de l'après-guerre : Vitaliano Brancati (1907-1954), Elio Vittorini (1908-1966), Stefano D'Arrigo (1923-1992), Giuseppe Bonaviri (1924-2009) et Vincenzo Consolo sont partagés entre deux sentiments, l'ennui et l'offense ; et entre deux façons de donner à voir leur microcosme exemplaire, l'ironie et le réalisme lyrique. Avec Don Juan en Sicile (1942) Brancati n'a pas seulemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_81440

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Italie »  : […] Après les années noires où la littérature policière avait été interdite par Mussolini, Giorgio Scerbanenco (1911-1969) fait figure de pionnier. Considéré comme le père du roman noir italien, il met en scène Duca Lamberti, radié du conseil de l'ordre des médecins pour euthanasie, et n'a pas son pareil pour décrire le banditisme organisé et les affaires louches à Milan ( Vénus privée , 1966). À la m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_81440

Pour citer l’article

Mario FUSCO, « SCIASCIA LEONARDO - (1921-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonardo-sciascia/