HARMEL LÉON (1829-1915)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ayant hérité de son père la filature du Val-des-Bois près de Reims, Léon Harmel entreprend de faire de son usine une sorte de communauté chrétienne où les ouvriers dirigent eux-mêmes un ensemble d'œuvres sociales : mutuelle scolaire, enseignement ménager, cité ouvrière... Il institue, en 1883, la participation des travailleurs à la direction et au maintien de la discipline dans l'entreprise. De plus une caisse de famille, gérée par une commission ouvrière, est chargée d'attribuer des subventions en argent ou en nature.

Plus marquée par une sorte de « familialisme » que par le paternalisme (même si on l'a surnommé le Bon Père), l'action de Léon Harmel s'inspire du catholicisme social, notamment de l'Œuvre des Cercles de La Tour du Pin et d'Albert de Mun. Condamnant le libéralisme économique qui laisse l'ouvrier sans protection face au capital, Harmel et les membres des Cercles veulent d'abord apporter la sécurité morale et matérielle aux travailleurs au sein de « corporations » chrétiennes, sociétés religieuses et économiques formées librement par les patrons et les ouvriers.

Peu apprécié du patronat chrétien, Harmel se distingue peu à peu d'une partie des catholiques sociaux, lorsqu'il affirme la responsabilité de l'État dans l'ordre de la justice sociale, puis la nécessaire autonomie de l'organisation ouvrière face au patronat (il est parmi les initiateurs du premier congrès ouvrier chrétien en 1893) ; sa rupture avec de Mun intervient en 1892.

Insistant sur la validité de l'action politique et non plus seulement sociale, Harmel, s'appuyant sur l'encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII, dont il est très apprécié, prône le ralliement des catholiques à la République et se trouve à la tête du mouvement démocrate chrétien : au Val-des-Bois se tiennent, à partir de 1888, des sessions d'étude réunissant les démocrates chrétiens du nord de la France.

De la nostalgie de la cité chrétienne qui s'exprime dans son Manuel d'une corporation chrétienne, publié en 1879, à l'action des catholiques sur le plan politique, l'itinéraire de Léon Harmel est significatif de l'évolution qui se fait jour au tournant du siècle parmi les catholiques français et qui aboutira à l'acceptation de l'état de fait républicain.

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HARMEL LÉON (1829-1915)  » est également traité dans :

CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 7 261 mots

Dans le chapitre « ... à la doctrine de l'Église »  : […] internationale catholique d'études sociales, les pionniers du mouvement : Vogelsang (Autriche), Decurtins (Suisse), Albert de Mun, La Tour du Pin, Léon Harmel (France). C'est de ces rencontres et de ces travaux qu'est sorti le premier document social : l'encyclique Rerum novarum (15 mai 1891). Sa promulgation marque une date capitale dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-liberal-et-catholicisme-social/#i_3692

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « HARMEL LÉON - (1829-1915) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-harmel/