HERMAS LE PASTEUR D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des Pères apostoliques. Hermas n'est connu que par les détails autobiographiques que contient son œuvre : Le Pasteur ; esclave de naissance, affranchi par la matrone qui l'avait acheté, il se serait adonné au commerce. Ayant perdu ses biens à la suite d'une dénonciation portée contre lui par ses propres fils, il aurait alors fait pénitence. Il se déclare contemporain de Clément de Rome (peut-être le pape Clément Ier, mort en 97 env.). Toutefois, le Canon de Muratori (viiie s.) qui donne la liste des écrits du Nouveau Testament reconnus comme canoniques par l'Église de Rome vers 180, affirme qu'Hermas était un frère du pape Pie Ier (mort en 155), ce que le contexte du Pasteur semble confirmer. La première partie de l'ouvrage est consacrée au récit de cinq « visions » qu'eut l'auteur (genre apocalyptique). Elles manifestent allégoriquement la gravité du péché et la miséricorde de Dieu, qui permet au pécheur repentant d'être pardonné une seconde fois — qui sera la dernière — des fautes commises après le baptême. À partir de la cinquième vision, un ange vêtu en berger — origine du titre de l'œuvre — explique les allégories. Le texte revêt alors un caractère plus éthique ; il énonce douze préceptes moraux (objet de la IIe partie) et illustre au moyen de dix « similitudes » (paraboles) la béatitude promise aux vertueux (IIIe partie).

Irénée, Clément d'Alexandrie, Origène — qui a confondu l'auteur du Pasteur avec l'Hermas dont parle saint Paul (Rom., xvi, 14) — et Tertullien ont considéré le livre comme inspiré ; mais le décret gélasien (fin du ve s.) le classait parmi les apocryphes, et le Canon de Muratori ne le tenait pas pour canonique. Fort peu connue dans l'Église d'Occident, selon saint Jérôme, bien plus connue dans l'Église d'Orient, l'œuvre est contenue dans le Codex Sinaïticus. Divers manuscrits en grec, en latin et en éthiopien, et des fragments en copte et en persan en ont été découverts.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HERMAS LE PASTEUR D'  » est également traité dans :

JUDÉO-CHRISTIANISME

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 1 382 mots

Dans le chapitre « Une littérature apocalyptique »  : […] On possède aujourd'hui un nombre suffisant d'ouvrages judéo-chrétiens, orthodoxes ou hétérodoxes, pour se faire une idée de ce que fut la culture judéo-chrétienne. Il s'agit parfois de remaniements chrétiens d'écrits juifs, comme les Testaments des douze patriarches , ou de fragments exégétiques conservés en particulier dans l' Épître de Barnabé , et qui relèvent des méthodes de l'exégèse rabbiniq […] Lire la suite

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « Le IIe siècle »  : […] Les penseurs chrétiens de la première moitié du ii e  siècle ont pour souci commun d'exalter le pouvoir et la dignité du Christ sauveur. Mais les uns voient dans Jésus un homme élevé à la divinité ; on parle, dans ce cas, de christologie «  adoptianiste ». Les autres se réfèrent à l'idée du Christ préexistant, déjà présente chez Paul et dans les écrits johanniques ; c'est ce que l'on appelle la «  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HERMAS LE PASTEUR D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-pasteur-d-hermas/