LE MALAISE DANS LA CULTURE, Sigmund FreudFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La place du surmoi

Comment la culture, la civilisation peuvent-elles contrôler cette agressivité ? Elles y sont aidées par cette instance clé du développement psychologique de l'homme, le surmoi, partie du moi, qui s'est mise en opposition avec ce qui, dans le moi, reste le siège de cette agressivité ; le surmoi est donc cette « conscience morale » qui renvoie au moi l'agressivité que celui-ci entend projeter sur l'extérieur, sur les autres, et qui donne ainsi naissance au sentiment de culpabilité.

Ce sentiment de culpabilité existera, l'acte agressif réalisé ou non : extérieur, à l'origine, lié à l'autorité parentale, il a été intériorisé par le surmoi qui s'est lui-même constitué en absorbant un peu de l'agressivité que cette autorité suscitait. La culture et ses règles se sont substituées à l'autorité parentale initiale ; relayées par le surmoi, ces contraintes assurent la persistance de ce sentiment de culpabilité, fondement du malaise dont l'être cherche aveuglément la cause ailleurs.

Qu'adviendra-t-il ? Les formes nouvelles de la culture pourront-elles contrôler les manifestations de cette pulsion destructrice enracinée dans le moi ? Les temps contemporains ne se prêtent guère à répondre autrement que Freud à ces questions, c'est-à-dire sur le mode du scepticisme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre du comité de rédaction de la revue Essaim, membre du comité de rédaction de La Quinzaine littéraire

Classification

Autres références

«  LE MALAISE DANS LA CULTURE, Sigmund Freud  » est également traité dans :

VIOLENCE, notion de

  • Écrit par 
  • Philippe BRAUD
  •  • 1 458 mots

Dans le chapitre « Violence physique et violence symbolique »  : […] Toute violence, corporelle ou matérielle, comporte une dimension psychologique ; c'est elle qui, le plus souvent, confère son véritable sens à la souffrance éprouvée ou infligée. Sans victime, il n'y a pas de violence. Or si l'on se place du point de vue de celle-ci, les coups reçus, les dommages infligés sont douloureux non seulement en raison de la meurtrissure du corps ou du coût de remplaceme […] Lire la suite

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Psychologie »  : […] Les neurophysiologistes distinguent des types d'agressivité différents selon les circuits neurologiques en cause. Il y aurait une agressivité mésencéphalique, proche de l'irritabilité diffuse et de la peur, une agressivité diencéphalique liée aux colères dont la cible est mieux définie, et enfin une agressivité limbique et corticalisée, qui fait intervenir des éléments symboliques, historiques et […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Convention du P.S. sur la modernisation. 15-16 décembre 1984

de l'emploi et, d'autre part, à l'approche des échéances électorales. Répondant à ce malaise, Laurent Fabius appelle les socialistes à cesser de douter d'eux-mêmes et à se méfier d'une « sorte de culture de l'échec ». Parmi les interventions des membres du gouvernement, la plus remarquée est celle de Michel Rocard. Le ministre de l'Agriculture propose ses propres solutions pour lutter contre l'inflation et endiguer le chômage. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel PLON, « LE MALAISE DANS LA CULTURE, Sigmund Freud - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-malaise-dans-la-culture/