LE DERNIER TANGO À PARIS, film de Bernardo Bertolucci

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du strict point de vue de la fréquentation des salles obscures, la grande affaire française du troisième quart du xxe siècle semble être la représentation de la sexualité. Pour les films en exclusivité sur Paris, entre 1950 et 1975, Emmanuelle (1 984 350 entrées) et Le Dernier Tango à Paris (1 505 067 entrées) constituent ainsi le duo de tête. Aujourd'hui encore, bien que la version « intégrale » du film soit sortie en 1987 sans plus guère provoquer de remous, on n'évoque jamais le Dernier Tango (Ultimo tango a Parigi) sans l'odeur de soufre qui l'accompagna lors de sa sortie... Mais puisqu'un certain cinéma d'auteur s'est désormais approprié les techniques d'expression du porno et que, par conséquent, la barre du vérisme a atteint des hauteurs qui rendent dérisoires les audaces du Dernier Tango, d'autres aspects de ce film se font jour, autrefois cachés par le scandale...

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE DERNIER TANGO À PARIS, Bernardo Bertolucci  » est également traité dans :

BARBIERI GATO (1932-2016)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 857 mots

Le saxophoniste ténor argentin Gato Barbieri a adhéré en Europe à une forme d’expression purement nord-américaine, le free jazz. Installé aux États-Unis, il trouva l’inspiration en renouant avec les traditions latino-américaines – ce qui assura son succès. Leandro « Gato » Barbieri naît à Rosario (Argentine) le 28 novembre 1932. Adepte, primitiveme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gato-barbieri/#i_37145

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « LE DERNIER TANGO À PARIS, film de Bernardo Bertolucci », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dernier-tango-a-paris/