Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LE DERNIER TANGO À PARIS, film de Bernardo Bertolucci

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Du strict point de vue de la fréquentation des salles obscures, la grande affaire française du troisième quart du xxe siècle semble être la représentation de la sexualité. Pour les films en exclusivité sur Paris, entre 1950 et 1975, Emmanuelle (1 984 350 entrées) et Le Dernier Tango à Paris (1 505 067 entrées) constituent ainsi le duo de tête. Aujourd'hui encore, bien que la version « intégrale » du film soit sortie en 1987 sans plus guère provoquer de remous, on n'évoque jamais le Dernier Tango (Ultimo tango a Parigi) sans l'odeur de soufre qui l'accompagna lors de sa sortie... Mais puisqu'un certain cinéma d'auteur s'est désormais approprié les techniques d'expression du porno et que, par conséquent, la barre du vérisme a atteint des hauteurs qui rendent dérisoires les audaces du Dernier Tango, d'autres aspects de ce film se font jour, autrefois cachés par le scandale...

Quelques jours à Passy

À Passy, au no 1 de la rue Jules-Verne, un appartement est à louer, dont les fenêtres donnent sur le viaduc du métro. Un homme et une femme arrivent pour le visiter à quelques secondes d'intervalle et, après avoir échangé quelques banalités, sans rien savoir l'un de l'autre, ils se mettent brusquement à faire l'amour. La scène se répète dans les jours qui suivent... Quand ils ne sont pas dans le grand appartement vide qui n'abrite que leurs ébats, l'homme et la femme vaquent à leurs occupations. Il s'appelle Paul et sa femme Rosa vient de se suicider ; elle s'appelle Jeanne et son fiancé Tom tourne un film sur elle. Il est américain, elle est fille de colonel, il a quarante-cinq ans, elle vingt. Autant de détails biographiques qui s'évanouissent rue Jules-Verne : « Tout ce qui est en dehors d'ici c'est de la merde », a prévenu Paul... Peu à peu, cependant, les mystères cèdent sous le poids du réel, les échanges deviennent un peu sordides, et Jeanne tue Paul, à la fois par accident et par dépit d'avoir appris les petits détails de sa vraie vie.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer cet article

Laurent JULLIER. LE DERNIER TANGO À PARIS, film de Bernardo Bertolucci [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • BARBIERI GATO (1932-2016)

    • Écrit par
    • 841 mots

    Le saxophoniste ténor argentin Gato Barbieri a adhéré en Europe à une forme d’expression purement nord-américaine, le free jazz. Installé aux États-Unis, il trouva l’inspiration en renouant avec les traditions latino-américaines – ce qui assura son succès.

    Leandro « Gato » Barbieri...