BERIA LAVRENTI PAVLOVITCH (1899-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout-puissant chef de la police soviétique, Lavrenti Pavlovitch Beria a été pendant de longues années le bras droit de Staline. Né en Géorgie dans une famille de paysans, Beria adhère au Parti communiste en 1917 à Bakou, où il obtient son diplôme d'architecte en 1919. En 1921, il entre dans la Tchéka qui devient Guépéou l'année suivante et travaille en Transbaïkalie et en Géorgie jusqu'en 1931 ; il en gravit les échelons dans la seconde moitié des années vingt. Il rencontre Staline en 1931, lorsque celui-ci vient faire une cure de repos. Il est chargé dès lors d'épurer le parti en Géorgie et en Transbaïkalie, et devient membre du comité central en 1934. En 1938, il remplace Iejov au poste de commissaire du peuple à l'Intérieur et épure les « épurateurs ». Il reste à l'Intérieur jusqu'en 1945 et s'y distingue par sa brutalité et sa cruauté.

Vice-président du Conseil des commissaires du peuple à partir de 1941, membre du comité d'État à la Défense, il en devient le vice-président en 1944 et est nommé maréchal de l'U.R.S.S. en 1945. Après le XIXe congrès du P.C.U.S., en 1952, il semble visé par l'instruction du procès des « assassins en blouse blanche ». Il est un des membres de la direction collégiale qui s'institue aussitôt après la mort de Staline, mais, en juin 1953, il est évincé par ses collègues et arrêté en pleine séance du Politburo. Beria est jugé et exécuté le 23 décembre 1953. En 2000, la Cour suprême de Russie rejette définitivement toute demande de réhabilitation le concernant.

—  Georges HAUPT

Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  BERIA LAVRENTI PAVLOVITCH (1899-1953)  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « La mort de Staline et l'armistice de Corée »  : […] Le dictateur soviétique succombe, le 5 mars 1953, à une congestion cérébrale. Une « troïka » de trois membres – Malenkov, dauphin désigné, Molotov, chef de la diplomatie, et Beria, chef de la police – s'installe au pouvoir. Son premier souci est de détendre la situation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. D'où les décisions prises en faveur de l'armistice, de la baisse des prix, de la reprise d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_14230

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Les luttes pour la succession (1953-1957) »  : […] Staline ayant délibérément agi comme si sa succession ne devait jamais s'ouvrir, sa disparition suscite un immense désarroi dans la population et d'intenses luttes de succession. Malenkov prend la tête du gouvernement, Khrouchtchev choisit la direction de l'appareil du parti, Beria garde le contrôle sur le puissant ministère de l'Intérieur. En quelques semaines, des mesures spectaculaires sont pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_14230

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « BERIA LAVRENTI PAVLOVITCH - (1899-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lavrenti-pavlovitch-beria/