LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise CendrarsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poétique de la vitesse

Au gré de cette poétique polyphonique et cadencée, le modernisme cubiste ou simultanéiste s'allie dans la souplesse du vers libre aux échos du symbolisme et aux images du Douanier Rousseau, dans un tressaut de roues mécaniques où se confrontent « la prose lourde de Maeterlinck », Moussorgski et les lieder de Hugo Wolf. Jeanne ou Jehanne, héroïne française au nom médiévisé, emblématique du « cœur du monde » (la butte montmartroise) est aussi, comme la Monelle de Schwob ou la Tristouse Ballerinette du Poète assassiné d'Apollinaire, une figure atemporelle de médiatrice, moderne et archaïque à la fois. C'est la contrevoix parisienne de Jeanne (« Blaise, dis, sommes-nous bien loin de Montmartre ? ») qui règle le rythme au cœur du poème, toute mesure étant prise à cette boussole aimantée : la tour Eiffel, dont la hauteur servit d'échelle, pour le peintre comme pour le poète, au livre vertical déployé sur deux mètres, tiré à cent cinquante exemplaires.

Le « rythme comme sujet » (Robert Delaunay) de La Prose du Transsibérien organise donc l'espace dans l'axe de Paris, devenu foyer vivant, à ce tournant historique et esthétique, d'une rénovation simultanée du poème, de la peinture et du voyage. Paris « grand foyer chaleureux » associe ici l'espace polyphonique et coloré aux temps modernes mécanisés, accélérés. Dans cet « archipel de l'insomnie » que salua Henry Miller, Cendrars provoque ainsi la rencontre de sa propre mythologie, à savoir le voyage initiatique authentiquement vécu par le jeune compagnon de l'aventurier Rogovine, avec la mythologie collective : révolutions diverses dans l'« Europe tout entière aperçue au coupe-vent d'un express à toute vapeur » et mythes picturaux ou littéraires de la mécanique des images (Delaunay, Boccioni), du cosmopolitisme (Apollinaire, Larbaud, Fargue, et pourquoi pas Roussel) et de la poésie sans frein où se trouvent assemblés, vingt ans avant le surréalisme, « les éléments épars d'une violente beauté ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Pau et des pays de l'Adour, faculté de Bayonne

Classification

Autres références

«  LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise Cendrars  » est également traité dans :

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 160 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un dialogue renouvelé entre le texte et l'image »  : […] Si l'artiste supplante l'illustrateur professionnel, l'éditeur reste l'acteur majeur d'une nouvelle dimension de l'écriture. À ceci près qu'il n'agit pas véritablement comme introducteur d'un plus large auditoire à l'écrit. En effet, le statut social de l'artiste, étant entendu comme supérieur à celui de l'illustrateur, le texte devient très souvent le prétexte du livre si on considère ce médium […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VILAR, « LA PROSE DU TRANSSIBÉRIEN ET DE LA PETITE JEHANNE DE FRANCE, Blaise Cendrars - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-prose-du-transsiberien-et-de-la-petite-jehanne-de-france/