LA NAUSÉE, Jean-Paul SartreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une rédemption par l'art ?

Dans La Nausée, tout semble tourner autour d'un individu qui occupe le centre du texte. Cet individualisme forcené sera bientôt abandonné par Sartre, tant dans ses textes philosophiques (L'Être et le néant) que dans ses romans (Les Chemins de la liberté) ou ses textes autobiographiques (Les Mots). Sartre s'efforcera de montrer dans Qu'est-ce que la littérature ? (1948) les limites du « réalisme subjectiviste » dont relève encore son roman.

Toutefois, il faut remarquer que l'auteur et le narrateur tendent à confondre leur identité. Bien souvent, Roquentin semble être le porte-parole de Sartre philosophe alors en pleine recherche, malgré tous les efforts stylistiques pour multiplier les effets de distinction entre le « moi » et la « conscience ». L'impasse où Roquentin semble acculé n'aboutit ni au désespoir ni au suicide, pas plus qu'à la révolte, comme chez Camus. Le « salut » parvient d'un air de jazz entendu dans un café et qui joue un rôle quasi rédempteur : « Derrière l'existant qui tombe d'un présent à l'autre, sans passé, sans avenir, derrière ces sons qui, de jour en jour, se décomposent, s'écaillent et glissent vers la mort, la mélodie reste la même, jeune et ferme. » Le monde répugnant, « gluant », « obscène » des choses (auquel même le visage d'autrui ne saurait échapper) n'a pas le dernier mot. Il appartiendra à l'œuvre future de Sartre, tant philosophique que romanesque, de chercher à ouvrir les difficiles « chemins de la liberté ».


Médias de l’article

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre
Crédits : AKG-Images

photographie

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Crédits : Hulton Getty

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LA NAUSÉE, Jean-Paul Sartre  » est également traité dans :

ROMAN - De Balzac au nouveau roman

  • Écrit par 
  • Michel RAIMOND
  •  • 5 088 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De « La Nausée » au nouveau roman »  : […] Le roman existentialiste, qui domine la production française entre La Nausée de Sartre, en 1938, et Les Mandarins de Simone de Beauvoir, en 1954, fait suite aux romans de la condition humaine. S'il y a une coupure, c'est entre une exaltation, romantique, héroïque, poétique, et une sorte d'accablement et de prostration qu'on voit s'installer au moment de la guerre et de l'Occupation : la bombe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-balzac-au-nouveau-roman/#i_24692

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pour-soi et en-soi »  : […] L'Être et le Néant (1943) porte en sous-titre : Essai d' ontologie phénoménologique . L'influence husserlienne est donc encore présente, mais le terme d'« ontologie », qui renvoie à la question heideggérienne de l'Être, indique une nouvelle orientation de la pensée de Sartre – qui va de pair avec une certaine distance prise à l'égard de Husserl. Cette évolution, Sartre lui-même la formule explic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_24692

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « LA NAUSÉE, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nausee/