LA LETTRE ÉCARLATE, Nathaniel HawthorneFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'amour interdit

Belle, généreuse, admirable, Hester Prynne incarne la croyance toute romantique en l'innocence fondamentale de la nature, qui permet à l'homme de se fier à son instinct moral. Elle revendique le droit d'aimer, de vivre, de s'épanouir intellectuellement, physiquement et sexuellement, de se cultiver, en bref d'être l'égale d'un homme. Elle serait capable de sauver celui qui a osé l'aimer et l'aider à être elle-même. Hawthorne est le seul écrivain de son temps à peindre de la sorte la féminité américaine. Il laisse éclater dans ce roman sa révolte contre l'hégémonie paternaliste d'alors, qui inspirera une Margaret Fuller ou les transcendantalistes.

Dans une scène splendide et cruciale qui se passe dans la forêt, au cœur du livre, Hester, la femme condamnée mais irréductible, arrache et jette au loin la lettre infamante : « Mais la lettre brodée gisait à terre, scintillante comme un bijou perdu que quelque vagabond malchanceux viendrait peut-être à ramasser pour être hanté, ensuite, par des tristesses, d'étranges fantômes de péché et une malchance inexplicables. ». Puis elle ôte son bonnet pour laisser flotter librement sa chevelure. À ce moment, le soleil vient illuminer sa silhouette, l'entourant d'une glorieuse auréole en signe d'approbation et de pardon. L'héroïne substitue ainsi la bienveillance et la vie séminale incarnées dans l'univers naturel et païen au jugement des hommes, aux codes rigoureux d'une religion révélée et aux velléités d'un homme d'Église qui ne parvient pas à accepter son corps. Le révérend Dimmesdale, en effet, fait bien preuve d'une sensibilité d'artiste, mais ne voit dans la sexualité qu'entrave à la sainteté et une tentation de la chair. Son attrait pour la mortification l'emporte sur l'élan vital qui porte Hester vers la nature et l'instinct. Hawthorne se place ici dans une perspective qui ne manquera pas d'inspirer D. H. Lawrence.

Dans La Lettre écarlate, le style de Hawthorne dépasse l'allégorie puritaine pour éclater dans des images poétiques et des métaphores chatoyantes (à l'image de la lettre qui resplendit sur le corsage d'Hester), dans le parcours d'une phrase qui serpente et qui suit la mélodie profonde de la hantise personnelle. Annonçant les labyrinthes de la conscience faulknérienne, et bien différent ici de la rhétorique un peu simpliste de La Maison aux sept pignons (1851), le récit exploite l'ambiguïté propre au genre du romance, en utilisant la dialectique entre le réel et l'imaginaire pour suggérer le monde qui existe sous la surface des choses.

En 1926, La Lettre écarlate a été adaptée au cinéma par Victor Sjöström, avec Lilian Gish dans le rôle de Hester.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA LETTRE ÉCARLATE, Nathaniel Hawthorne  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Solitude du moi et mystère de l'univers »  : […] En tant que littérature nationale, la littérature américaine n'a donc pas réussi à répondre aux questions fondamentales qu'elle se posait, celle de son origine et celle de son patrimoine. On en revient toujours au constat d'indigence établi par James  : il se demandait quel pouvait être l'objet d'une œuvre littéraire qui n'avait pas, à proprement parler, de société à dépeindre et qui était privée […] Lire la suite

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 389 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mémoire et folie : le gothique américain »  : […] Charles Brockden Brown inaugure une thématique de l’enfermement géographique et psychique, et intègre au gothique la terreur archaïque de la wilderness ( Edgar Huntly , 1799), cette frontière incertaine entre humanité et sauvagerie qui imprègne la culture américaine, jetant les bases d'une littérature nationale. Les romances de Brown sont aussi bien marquées par l'intrusion de la terreur que par […] Lire la suite

HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)

  • Écrit par 
  • Jean NORMAND
  •  • 2 339 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « La Lettre écarlate » »  : […] Toutes ces expériences, tous ces itinéraires convergent vers une même œuvre centrale : La Lettre écarlate ( The Scarlet Letter , 1850). Hawthorne a fait dans ce livre la somme de son moi et de ses tendances contradictoires. On y trouve réunis, dans une même sphère de fatalité sans issue, dans un monde fermé où seules les fleurs du mal et de la souffrance trouvent un terrain favorable, des personna […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel FABRE, « LA LETTRE ÉCARLATE, Nathaniel Hawthorne - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-lettre-ecarlate/