LA GLOIRE et L'INDIVIDU LITTÉRAIRE (D. Oster)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le langage pictural, la gloire évoque l'auréole enveloppant le corps du Christ, le nimbe signalant la présence divine. De fait, c'est bien comme une icône de la modernité que Mallarmé nous apparaît aujourd'hui, ou encore comme le prophète d'une conception de la littérature qui a commencé à se formuler au cours du xixe siècle. « Mallarmé », davantage qu'à la signature du nom propre attestant d'une présence effective, ne renvoie ici qu'au pur rayonnement de l'œuvre, celle-ci remodelée et comme redessinée pour mieux laisser transparaître, en chacune de ses facettes, son double obsédant – ce Livre qui aurait dû venir la couronner.

Pourtant, la gloire ne désigne pas seulement le mystère qui habiterait une œuvre fantôme. À ce mot, Mallarmé a voulu donner une tout autre réalité. Et s'il a glissé au journaliste Jules Huret que « le monde est fait pour aboutir à un beau livre », il a aussi écrit que « rien ne transgresse les figures du val, du pré, de l'arbre », et intitulé « La Gloire », précisément, un court texte où l'éclat de la forêt en automne et la silhouette qui s'avance vers les arbres esquissent à leur tour une manière de liturgie, antérieure à toute lecture, à toute écriture. En baptisant son livre du même titre : La Gloire (P.O.L., 1997), Daniel Oster dit assez son intention de superposer, à la contemplation de l'œuvre en apothéose mais dépossédée d'elle-même, une vision plus oblique et familière à la fois. À ce choix de départ, un préalable nécessaire : le refus, à propos de Mallarmé, de tracer quelque frontière que ce soit entre ce qui serait du domaine de l'« œuvre » (Poésies, Divagations, Un coup de dés, et tout matériau censé garder trace du projet du Livre), et ce qui en constituerait les à-côtés mineurs (entre autres les poèmes de circonstance, une bonne partie de la correspondance, La Dernière Mode). Une hypothèse qu'avait déjà formulée Roger Dragonetti (Un fantôme dans le kiosque, Seuil, 1992) lorsqu'il avait réinventé le Livre à partir de ces textes. Mais Daniel Ost [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gilles QUINSAT, « LA GLOIRE et L'INDIVIDU LITTÉRAIRE (D. Oster) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-gloire-l-individu-litteraire/