LA DÉMOCRATIE ET LE MARCHÉ (J.-P. Fitoussi)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux discours s'affrontent généralement en ce qui concerne la relation entre le marché et la puissance publique. Pour les thuriféraires du marché, l'intervention de l'État interfère avec les mécanismes du marché, dont elle réduit l'efficacité. Aux antipodes, il y a ceux pour qui la progression du marché dans le processus actuel de globalisation condamnerait l'État à l'impuissance. Dans son essai La Démocratie et le marché (Grasset, 2004), Jean-Paul Fitoussi y oppose sa thèse de la complémentarité. À l'image du système d'équilibre par contrepoids que décrivait Montesquieu, Fitoussi voit dans la démocratie et le marché deux entités complémentaires qui se renforcent en se limitant l'une l'autre. En empêchant l'exclusion par le marché, la puissance publique accroît la légitimité du système économique, tandis que le marché, en limitant l'emprise du politique sur la vie des gens, permet une plus grande adhésion à la démocratie. Ainsi, ajoute Fitoussi, « chacun des principes qui régissent les sphères politiques et économiques trouve sa limitation, en même temps que sa légitimité, dans l'autre ».

La relation entre la démocratie et le marché ou, plus largement, la question du régime politique optimal pour le marché ne va pas de soi pour les économistes, et peut même ne pas se poser. Pour Kenneth Arrow, le père fondateur de la théorie pure des marchés, « le marché est incompatible avec toute forme de gouvernement », à l’évidence puisque sa théorie s'abstrait du système politique et fait du marché l'unique force régulatrice. Il n'est cependant aucune société humaine sans gouvernement. Le retour à la réalité impose de réintroduire l'espace public dans l'analyse : nous vivons, précise Fitoussi, dans des démocraties de marché plutôt que dans des économies de marché. Mais, ainsi qu'il le déplore, cette mise en relation par défaut aboutit le plus souvent chez les économistes, d'une part, à considérer le marché et la démocratie comme deux forces en conflit, et, d'autre part, à subordonner la forme de gouvernement aux exigences du marché.

Néanmoins, la théorie économique souvent invoquée en défense de l'économie de marché peut tout aussi bien l'être en défense de l'intervention de l'État et de la justice sociale. En premier lieu, les vertus régulatrices du marché mises au jour par la théorie existent dans un cadre d'hypothèses spécifiques que les théoriciens ont pris soin de définir. Dès lors qu'on s'accorde à reconnaître que le fonctionnement concret des marchés est loin de correspondre à la concurrence pure et parfaite qui en conditionne l'efficacité, alors apparaît le bien-fondé d'une intervention publique. Les économistes s'intéressent depuis longtemps aux problèmes d'asymétrie d'information, aux défauts de coordination, aux externalités, qui sont autant de justifications à la présence de l'État dans la sphère du marché.

Il est une autre hypothèse fondamentale sur laquelle repose la validité de la théorie des marchés : l'hypothèse dite de « survie », selon laquelle les individus sont assurés de subsister en dehors même du marché. Des travaux (en particulier ceux de Jeffrey Coales et Peter J. Hammond, in Choice, Welfare and Development, Clarendon Press, 1995), sur lesquels Fitoussi appuie sa réflexion, se sont attachés à montrer que l'équilibre auquel on parviendrait sans cette hypothèse impliquerait la disparition d'une partie de la population, tandis que l'optimum serait préservé parmi les survivants. Le propos est moins abstrait qu'il n'y paraît et ses implications sont cruciales. Cela signifie, en effet, concrètement que l'extrême pauvreté n'est pas une conséquence du fonctionnement du marché, mais que ce dernier peut fort bien s'en accommoder, d'où la nécessité d'un « système hors marché » chargé de fournir des ressources suffisantes aux individus. Même en l'absence d'imperfections de marché, l'intervention de l'État est nécessaire car, sans cela, l'allocation des ressources et la répartition des revenus réalisées par le marché conduiraient à une insécurité économique radicale. Pourrait-on, pour autant, déplacer le curseur à l'extrême opposé et confier la dévolution des richesses et des emplois [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

2-28 mai 1997 France. Victoire de l'opposition de gauche au premier tour des élections législatives

100 pour la droite – dont 15,70 p. 100 pour le Rassemblement pour la République (R.P.R. ; — 4,69 p. 100), 14,22 p. 100 pour l'Union pour la démocratie française (U.D.F. ; — 4,86 p. 100) et 6,6 p. 100 pour les divers droite dont la Droite indépendante. L'extrême droite obtient 15,04 p. 100 des voix – dont 14,94 p. 100 pour le Front national (+ 2,53 p. […] Lire la suite

5-19 novembre 1995 Pologne. Élection de l'ex-communiste Aleksander Kwaśniewski à la présidence

Aleksander Kwaśniewski, qui défend les principes de la démocratie, de l'économie de marché et de l'adhésion de la Pologne à l'Union européenne et à l'O.T.A.N., prône le rassemblement du pays, tandis que Lech Wałęsa s'affirme décidé à adopter une attitude d'opposant actif.  […] Lire la suite

2-29 janvier 1992 Algérie. Démission du président Chadli Bendjedid et interruption du processus électoral

Le 2, à Alger, trois cent mille personnes participent à une marche pacifique organisée par le Front des forces socialistes (F.F.S.) de Hocine Aït Ahmed « pour sauver la démocratie ». Le 26 décembre 1991, lors du premier tour des élections législatives, le Front islamique de salut (F.I.S.) avait obtenu près de 48 p. 100 des suffrages. Le 3, trois cent quarante et un recours en violation de la loi électorale sont déposés devant le Conseil constitutionnel. […] Lire la suite

14-17 juin 1984 C.E.E. Forte abstention aux élections européennes et recul quasi général des majorités au pouvoir

Les écologistes franchissent la barre des 5 p. 100 et remportent 2 sièges. En revanche les partis « linguistiques » essuient un grave revers. Grèce : 24 sièges. La participation est de 77 p. 100. Les socialistes au pouvoir du P.A.S.O.K. obtiennent près de 42 p. 100 des voix et conservent leurs dix députés. La Nouvelle Démocratie (opposition) réalise un score de 38 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jézabel SOUBEYRAN, « LA DÉMOCRATIE ET LE MARCHÉ (J.-P. Fitoussi) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-democratie-et-le-marche-j-p-fitoussi/