BATIOUCHKOV KONSTANTIN NIKOLAÏEVITCH (1787-1855)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine noble, mais pauvre, Batiouchkov fait des études à Saint-Pétersbourg, se lie avec N. I. Gneditch, le traducteur de l'Iliade, et traduit lui-même Tibulle, Pétrarque, l'Arioste, le Tasse, Parny. Classique dans la forme, par l'abondance des images mythologiques, des références à l'Antiquité, Batiouchkov est sensible à la confidence lyrique, à la rêverie, sans tomber dans les outrances du sentimentalisme ou dans la fantasmagorie. Poète de l'amour, il chante les joies terrestres, la liberté païenne : L'Heure joyeuse (Vesëlyjčas, 1810), La Bacchante (Vakkhanka, 1817). La clarté, la plasticité et la musicalité de ses vers font de lui un maître, un précurseur de Pouchkine. Engagé volontaire en 1807, il participe aux campagnes contre Napoléon jusqu'en 1814, écrit des vers patriotiques, visite Paris, Londres, Stockholm et se retrouve, sans but, en Russie. Il est admis, en 1815, dans la société d'Arzamas et dirige ses flèches satiriques contre Chichkov. Un premier recueil, Essais en vers et en prose (Opyty v stikhakh i proze), paraît en 1817. En 1818, il part pour l'Italie comme secrétaire de la mission diplomatique, mais subit les brimades de ses supérieurs. Déchiré entre une vaine aspiration aux joies terrestres et la solitude tragique du poète persécuté, ainsi qu'en témoigne son élégie Le Tasse mourant (Umirajuščij Tass), il sombre dans la folie dès 1822.

—  Alexandre BOURMEYSTER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Grenoble-III

Classification


Autres références

«  BATIOUCHKOV KONSTANTIN NIKOLAÏEVITCH (1787-1855)  » est également traité dans :

POUCHKINE ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1799-1837)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 3 387 mots

Dans le chapitre « La formation classique »  : […] Descendant par son père d'une ancienne famille aristocratique traditionnellement indépendante et frondeuse, et par sa mère de l'Éthiopien Ibrahim devenu, sous le nom d'Abraham Hannibal, le filleul et le compagnon d'armes de Pierre le Grand, Pouchkine tirera de ces liens de sang qui l'unissent au passé de sa nation le sentiment d'une responsabilité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sergueievitch-pouchkine/#i_1004

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature européenne en Russie (1730-1825) »  : […] L'introduction en Russie de la culture laïque et cosmopolite de l'Europe des Lumières est l'un des objectifs des réformes de Pierre le Grand. Le développement de l'imprimerie, freiné au xvii e  siècle par les autorités religieuses qui en détiennent le monopole, s'accélère sous la direction de l'État et contribue, par la désacralisation du livre, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1004

Pour citer l’article

Alexandre BOURMEYSTER, « BATIOUCHKOV KONSTANTIN NIKOLAÏEVITCH - (1787-1855) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/konstantin-nikolaievitch-batiouchkov/