KOBAYASHI HIDEO (1902-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En un temps où tout n'est que rupture, que peut encore nous apporter l'art ? En 1925, Kobayashi Hideo entre à l'université de Tōkyō : il a opté pour la section de littérature française, et devant les hommes de sa génération surgit ce qu'il faut bien appeler, d'un terme global et imprécis, la littérature d'Occident ; elle les fascine et les menace. Les artistes, les intellectuels que côtoie Kobayashi ont les yeux tournés vers les capitales européennes de l'avant-garde. Les universitaires font connaître les maîtres du xixe et du xxe siècle, qui veillent sur l'« empire de l'art » : Nietzsche, Mallarmé, Ibsen, Valéry. En regard, la tradition autochtone semble sans force. Mais il y a plus grave encore et la situation du Japon est en cela prémonitoire : ces chefs-d'œuvre tant admirés ne sont accessibles qu'en traduction, la peinture à travers des reproductions, la musique par des disques. Kobayashi Hideo, qui songeait à devenir romancier, y renonce. Il choisit le domaine de la critique.

Ses premiers travaux sont placés sous l'invocation de Rimbaud. Il lui consacre une étude dès 1926 et traduit en 1930 Une saison en enfer. Mais il se préoccupe d'abord de la littérature de son propre pays, traite d'écrivains contemporains (Shiga Naoya, 1929 ; Yokomitsu Toshikazu, 1930) ou des formes spécifiques apparues au cours des dernières décennies (Du récit personnel, Watakushi shōsetsu-ron, 1935). Il attaque sur plusieurs fronts : les écrivains et plus encore les critiques prolétariens, qui ne se soucient que d'idéologie ; les « formalistes » ; les pâles épigones du naturalisme. L'œuvre naît contre l'histoire : jaillie des profondeurs de l'être, de cette « réalité » première qu'explore le créateur, elle est irréductible. Le mot « réalisme », qui revient alors sans cesse sous sa plume, a un sens bien différent de l'acception commune. Dans ses livres les plus importants, il suit pas à pas le combat acharné que fut la vie des artistes. Il compose ainsi La Vie de Dostoïevski (Dosutoefusukii no sei-katsu, 1935 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  KOBAYASHI HIDEO (1902-1983)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Temps de la mémoire »  : […] Contre la logique de l'échec et de l'oubli que semblait imposer l'histoire, l'écriture pouvait être un recours. D'une manière paradoxale resurgit un genre auquel la littérature moderne n'avait assigné jusqu'alors qu'une importance secondaire : quoi de plus conformiste qu'une «  autobiographie » ! Certes, quelques auteurs avaient ébauché des projets ou produit des œuvres de cette sorte au cours des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_48720

Pour citer l’article

Jean-Jacques ORIGAS, « KOBAYASHI HIDEO (1902-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kobayashi-hideo/