VOROCHILOV KLEMENTI EFREMOVITCH (1881-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maréchal de l'U.R.S.S., président du présidium du Soviet suprême, Klementi Vorochilov fut l'un des plus proches compagnons de Staline.

Né dans la province d'Ekaterinoslav dans une famille pauvre, il travaille dès son plus jeune âge dans les mines et adhère en 1903 à la fraction bolchevique du P.O.S.D.R. Délégué aux congrès de Stockholm (1906) et de Londres (1907), arrêté à plusieurs reprises, il s'engage dans l'armée tsariste en 1914, regagne Petrograd, où il entre au soviet lors de la révolution de février 1917. Sa carrière militaire commence en 1918 lorsqu'il met sur pied un détachement qui se bat contre les armées allemandes d'occupation en Ukraine. Commandant de la Ve armée, il lève le siège de Tsaritsyne (actuellement Volgograd), où il devient un fidèle de Staline, qu'il avait rencontré pour la première fois en 1907 à Bakou. Membre du comité central du P.C. ukrainien en 1918, il devient commissaire du peuple à l'Intérieur en Ukraine, y combat les Blancs et participe à la campagne de Pologne. Membre du comité central du P.C.R. depuis 1922, il remplace Frounze à la tête du commissariat du peuple à la Guerre à la fin de 1925 et devient membre du bureau politique. Maréchal de l'U.R.S.S. depuis 1935, il est opposé aux propositions de modernisation de l'armée formulées par Toukhatchevski et entérine la liquidation de l'Armée rouge entreprise par Staline. Après l'échec subi en Finlande en 1939, Staline tente de se débarrasser de lui. Il doit quitter son poste au commissariat de la Défense en 1940. Il est jusqu'en 1953 vice-président du Conseil des commissaires du peuple. Nommé membre du comité d'État à la Défense et commandant suprême du front nord, il est, comme Boudienny, relevé de ses fonctions pour ses erreurs de commandement et affecté à l'arrière. Président du présidium du Soviet suprême après la mort de Staline et jusqu'en 1960, il est écarté du XXIIe congrès pour complicité avec le groupe « antiparti » et pour avoir soutenu les crimes de Staline. Cependant, au XXIIIe congrès, il est de nouveau élu membre suppléant au comité central.

—  Claudie WEILL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VOROCHILOV KLEMENTI EFREMOVITCH (1881-1969)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La mise en place de la domination communiste »  : […] Dès l'automne de 1944, les Soviétiques, s'emparant de l'est et du nord-est de la Hongrie, s'emploient à y constituer un rassemblement politique antiallemand et antifasciste avec l'aide des personnalités de gauche et des généraux ayant déserté l'alliance allemande. Sous l'impulsion des communistes moscovites arrivés avec les troupes soviétiques et mandatés par le Kremlin, un Parlement provisoire e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_42690

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « VOROCHILOV KLEMENTI EFREMOVITCH - (1881-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/klementi-efremovitch-vorochilov/