KITANO TAKESHI (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'abord révélé à l'étranger, notamment en 1993 au festival international du film de Cannes pour son quatrième film, Sonatine, Kitano Takeshi est une personnalité singulière dans la cinématographie japonaise. Né en 1947, il est plus jeune que les cinéastes de la nouvelle vague, notamment que Oshima Nagisa qui le dirigea comme comédien dans Merry Christmas Mr. Lawrence (Furyo, 1983). Il est plus âgé que les « jeunes » cinéastes, touchés de plein fouet par la crise de l'industrie cinématographique japonaise. Adulé du public pour ses interventions télévisuelles, notamment en duo, comme artiste de manzaï, défenseur d'un comique satirique, Kitano a réalisé ses cinq premiers films dans l'indifférence critique et commerciale générale. C'est avec ses deux œuvres les plus autobiographiques : Kids Return (1996) sur les choix de l'adolescence, et Hana-bi (1997) sur la confrontation prochaine avec la mort de l'épouse aimée, qu'il accède dans son pays à la reconnaissance.

Son premier film, Violent Cop (1989), où il remplace au pied levé un metteur en scène, en réécrivant immédiatement le scénario, montre un début remarquable de maîtrise cinématographique, une capacité d'approfondissement de personnages complexes, notamment dans leur rapport à la violence. C'est avec cette violence que Kitano Takeshi prend ses distances dès ce film, comme plus tard dans Boiling Point (1991) ou Sonatine, par la dérision et le refus de toute ritualisation. Il va exprimer ainsi son originalité dans une cinématographie où se multiplient les films d'action, centrés sur des personnages de yakuza, dévorés par le pouvoir et la compromission. Si lui-même interprète de tels personnages dans ses propres films (mais il ne joue pas dans A Scene at the Sea, 1991, et Kids Return, deux films sur l'adolescence), il se détourne des effets, des clichés, des règles reconnues de la dramatisation, pour jouer avec les genres, pratiquer la digression, la bifurcation, le détournement. Dans Hana-bi, son plus grand film, il est là encore un homme confronté à la violence, mal dans sa p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KITANO TAKESHI (1947- )  » est également traité dans :

HANA-BI, film de Takeshi Kitano

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 909 mots

Né en 1947, Kitano s'est d'abord fait connaître au Japon dans un duo comique de music-hall, « The Two Beats ». Il est passé à la télévision avec autant de succès, et a fait ses débuts au cinéma en jouant dans Furyo, de Nagisa Oshima (1983), avant de réaliser son premier film en 1989, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hana-bi/#i_70157

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le tournant »  : […] À la fin des années 1990, une page se tourne dans l'histoire du cinéma japonais. Trois cinéastes majeurs sont décédés : Masaki (dont la dernière grande création reste son seul film documentaire, Le Procès de Tōkyō [Tōkyō saiban ] , 1983 , remise en question du militarisme nippon), Kurosawa Akira (dont le mag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-le-cinema/#i_70157

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 322 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un genre multiple »  : […] En 1980, Bob Raphelson réalise Le facteur sonne toujours deux fois ( The Postman Always Rings Twice ). Cette quatrième adaptation du polar éponyme de James M. Cain se distingue des précédentes par la mise en images de la passion charnelle des amants meurtriers ainsi que par l'absence de tout jugement moral sur leurs actions. Dans les années qui suivent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/film-policier/#i_70157

Pour citer l’article

Hubert NIOGRET, « KITANO TAKESHI (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kitano/