BAGDACHE KHĀLED (1912-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avocat kurde formé à Moscou, Khaled Bagdache (Khāled Bakdash) s'imposa rapidement comme le dirigeant incontesté du Parti communiste libano-syrien (fondé en 1930) et le porte-parole du mouvement communiste dans le Proche-Orient arabe. Brillant orateur, publiciste prolixe, bon tacticien, Khāled Bakdash devient en 1954 le premier député communiste du monde arabe. À l'intérieur de son parti, il instaure à son profit un culte de la personnalité et fait sienne la politique du Kremlin dans ses différents tournants. Ainsi, à la tactique « classe contre classe » succéda en 1936 une politique de « front populaire » avec la bourgeoisie nationale. Tout en maintenant des liens fraternels avec le Parti communiste français, Bakdash fit adopter pendant la Seconde Guerre mondiale l'objectif de l'indépendance nationale, en « alliance avec la démocratie française ». Le prestige acquis par le parti au cours de cette lutte fut perdu en 1948, lorsque l'U.R.S.S. soutint la création d'Israël et que le Parti communiste syrien — formellement séparé depuis 1944 du Parti communiste libanais — fut interdit, la politique d'union nationale décrétée en 1944 fut remplacée par une attitude sectaire vis-à-vis du mouvement nationaliste durant la période de la guerre froide, ce qui ne fut pas sans favoriser la montée du Baath syrien. L'éloignement progressif de Nasser vis-à-vis des puissances occidentales entraîna un infléchissement de la politique du Kremlin et Bakdash préconisa alors pour la Syrie un « front national » incluant toutes les classes. De 1956 à 1958 son influence (et celle du Parti communiste syrien) fut à son faîte. Précisément par crainte du Parti communiste, le Baath hâta l'union avec l'Égypte et fonda en février 1958 la République arabe unie (R.A.U.). Khāled Bakdash, qui était hostile à une fusion et prônait la fédération avec l'Égypte, y vit à bon droit une parade anticommuniste. Isolé, le parti communiste fut à nouveau dissous et Bakdash dut se réfugier dans les pays [...]

Création de la République arabe unie, 1958

Création de la République arabe unie, 1958

Vidéo

Le 1er février 1958, au Caire, le président égyptien Gamal Abdel Nasser reçoit son homologue syrien Chukri Al-Quwwatli. À la mosquée Al-Azhar, les deux hommes signent l'acte de naissance de la République arabe unie, formée de l'Égypte et de la Syrie. Manifestation ultime du panarabisme... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : diplômé de l'École pratique des hautes études, chargé de cours à l'U.F.R. de musique et musicologie de l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BAGDACHE KHALED (1912-1995)  » est également traité dans :

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 141 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Restauration parlementaire et influences extérieures »  : […] L'armée rentrée dans ses casernes, le Baas ( Baas , « Résurrection ») peut lancer le pays dans des réformes socialistes de plus en plus audacieuses. Le droit de vote à 18 ans, introduit par Za‘īm, a apporté de l'eau au moulin du Baas ; de ce fait, son score électoral passe de 5 à 15 p. 100 des voix. Le Baas participe à trois des cinq cabinets parlementaires de la restauration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_34126

Pour citer l’article

Jean-Claude KLEIN, « BAGDACHE KHĀLED - (1912-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/khaled-bagdache/