KAUNDA KENNETH (1924- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République de Zambie de 1964 à 1991.

Né le 28 avril 1924 à Lubwa, près de Chinsali (Rhodésie du Nord, auj. Zambie), au sein de la classe moyenne noire de la Zambie coloniale, Kenneth David Kaunda devient en 1949 interprète et conseiller en affaires africaines auprès de Stewart Gore-Browne, un colon blanc libéral membre du corps législatif de Rhodésie du Nord. Kaunda rejoint la même année le Congrès national africain (A.N.C., African National Congress), première grande organisation anticoloniale de Rhodésie du Nord, et en devient le secrétaire général au début des années 1950. Lors d'une querelle interne en 1958-1959, Kaunda quitte l'A.N.C. pour former le Congrès national africain de Zambie, emmenant à sa suite une grande partie des cadres de l'organisation.

Président de la nouvelle entité, Kaunda s'oppose par la désobéissance civile à la Fédération d'Afrique centrale créée en 1953 et regroupant les trois colonies (Rhodésie du Sud, Rhodésie du Nord, Nyassaland), constatant que l'autorité revient à une minorité de Blancs. Le gouvernement britannique finira par renoncer à la Fédération, dont la dissolution sera prononcée en 1963. Kaunda est néanmoins emprisonné, avec d'autres militants, devenant ainsi un héros national et le chef de file du mouvement indépendantiste naissant.

Libéré le 8 janvier 1960, Kaunda est bientôt élu président du Parti uni de l'indépendance nationale (U.N.I.P., United National Independence Party), formé quelques mois plus tôt. L'U.N.I.P. voit alors ses rangs grossir rapidement et compte 300 000 membres dès le mois de juin. En décembre, les autorités coloniales invitent Kaunda et plusieurs autres dirigeants de l'U.N.I.P. à participer aux discussions sur le statut des trois colonies à Londres. Au début de 1961, le gouvernement britannique annonce que la décolonisation officielle de la Zambie va commencer.

Les premières grandes élections qui conduiront à la décolonisation complète ont lieu en octobre 1962. Malgré le nombre de voix disproportionné don [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  KAUNDA KENNETH (1924- )  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire anglophone »  : […] La Grande-Bretagne s'engagea la première dans la voie de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, où la situation était plus « mûre » qu'ailleurs, et sur les marges du monde noir. Au Soudan, le problème était étroitement lié à l'avenir des relations anglo-égyptiennes. Le processus de transfert de souveraineté y fut très précoce. S'appuyant sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_45529

CHILUBA FREDERICK (1943-2011)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  • , Universalis
  •  • 349 mots

Président de la république de Zambie de 1991 à 2002, Frederick Chiluba remporta la première élection présidentielle multipartite du pays, mettant ainsi un terme au régime du parti unique de Kenneth Kaunda en place depuis vingt-sept ans. Frederick Chiluba fut également considéré comme un réformateur, celui qui ouvrit son pays à l'économie de marché […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederick-chiluba/#i_45529

ZAMBIE

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Universalis
  •  • 4 160 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Kenneth Kaunda, un président « différent » »  : […] De 1964 à 1991, le président Kenneth Kaunda – K. K. comme on l'appelait volontiers –, a incarné la Zambie sur les plans interne et international. Parmi les « pères fondateurs » de l'Afrique nouvelle, il faisait figure d'un président « différent », et sa personnalité tranchait à de nombreux égards sur le portrait plus figé – ou plus académique – de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zambie/#i_45529

Les derniers événements

1er janvier 2002 • ZambieÉlection controversée de Levy Mwanawasa à la présidence de la République.

. L'opposition, incarnée par Anderson Mazoka, candidat soutenu par l'ancien président Kenneth Kaunda, dénonce la fraude électorale, que confirment les déclarations des observateurs internationaux.  [...] Lire la suite

4-11 mars 1993 • ZambieInstauration de l'état d'urgence.

Le 4, alors que des rumeurs de « complot » circulaient dans le pays depuis quelques jours, l'état d'urgence est proclamé et plusieurs personnalités de l'opposition, incarnée par l'ex-parti unique, le Parti unifié de l'indépendance nationale (U.N.I.P.), sont arrêtées. Le parti du président Kenneth [...] Lire la suite

31 octobre 1991 • ZambieKenneth Kaunda battu à l'élection présidentielle.

largement Kenneth Kaunda, chef de l'État depuis l'indépendance en 1964, en remportant 76 p. 100 des suffrages exprimés. Aux législatives, le M.M.D. obtient 125 des 150 sièges contre 25 pour le Parti unifié de l'indépendance nationale, ancien parti unique.  [...] Lire la suite

5-17 décembre 1990 • AfriqueProgrès vers le multipartisme au Cameroun, au Congo, au Zaïre et en Zambie.

-démocrate. Le 14, les députés zaïrois votent à leur tour une loi officialisant le multipartisme. Le 17, le président zambien Kenneth Kaunda ratifie une loi instituant le multipartisme. Cette loi, qui amende la Constitution, a été approuvée à l'unanimité par les députés.  [...] Lire la suite

25-29 juin 1990 • ZambieÉmeutes contre la vie chère.

et paralysée par une dette extérieure de 7 milliards de dollars et une inflation annuelle de plus de 50 p. 100. Le 29, le président zambien Kenneth Kaunda, en poste depuis l'indépendance en 1964, annonce un référendum sur le multipartisme pour le 17 octobre.  [...] Lire la suite

14-18 août 1989 • Afrique du SudRemplacement du président Pieter Botha par Frederik De Klerk.

en allant s'entretenir avec le président zaïrois Mobutu pour tenter de faire progresser le processus de paix en Angola qui est bloqué depuis l'accord du 22 juin. Dans le même but, il rencontre, le 27, Jonas Savimbi, chef de l'U.N.I.T.A., mouvement rebelle angolais. Le 28, il se rend en Zambie à l'invitation du président Kenneth Kaunda.  [...] Lire la suite

25-28 mai 1988 • Afrique24<SUP>e</SUP> sommet de l'O.U.A.

de l'État tchadien, réagit avec prudence. Le problème de la dette africaine, estimée à 200 milliards de dollars, et la question de l'Afrique australe font aussi l'objet de débats. Le président malien Moussa Traoré devient pour un an président de l'O.U.A. en remplacement du chef de l'État zambien Kenneth Kaunda.  [...] Lire la suite

5-16 septembre 1987 • Libye - TchadCessez-le-feu entre N'Djamena et Tripoli

, par un missile Hawk tiré par la défense antiaérienne française. À Paris, André Giraud annonce que la France n'a pas l'intention de modifier le dispositif Épervier, face à cette dangereuse escalade. Le 9, Kenneth Kaunda, président en exercice de l'Organisation de l'unité africaine, demande [...] Lire la suite

27-29 juillet 1987 • Afrique23<SUP>e</SUP> sommet de l'O.U.A.

d'une organisation assez impuissante à se faire entendre. Pour succéder à Denis Sassou Nguesso, chef de l'État congolais, Kenneth Kaunda, chef de l'État zambien, est élu pour un an président en exercice de l'O.U.A. Au cours des débats sont abordés principalement trois grands sujets : l'apartheid [...] Lire la suite

Pour citer l’article

« KAUNDA KENNETH (1924- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-kaunda/