KARNATAKA, anc. MYSORE ou MAISŪR, géographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

État de l'Inde, situé dans le sud-ouest de la péninsule, le Karnataka (ancien État de Mysore, ou Maisūr) s'étend sur 192 000 kilomètres carrés et comptait 52 850 562 habitants lors du recensement de 2001.

Sous la domination britannique avait subsisté un État de Mysore (du nom de sa capitale princière), qui fut conservé et étendu lors de la réorganisation de 1956, pour regrouper toutes les populations parlant le kannada (ou kanarese), l'une des langues dravidiennes du sud de l'Inde. En 1973, L'État reprenait le nom de Karnataka, qui, sous sa forme européanisée de Carnatic, désignait au xviiie siècle une vaste région du sud de l'Inde.

Pour l'essentiel, le Karnataka est occupé par les plateaux du centre-sud de la péninsule ; mais il comprend aussi une partie de l'escarpement montagneux des Ghāts occidentales et une plaine littorale en bordure de la mer d'Oman.

Les plateaux sont assez élevés, plus que ceux du nord de la péninsule (toujours plus de 500 m, jusqu'à 800 m et davantage dans le Sud). Ils doivent à cette altitude un climat assez frais et arrosé, avec un régime pluviométrique assez simple (maximum unique pendant la mousson, en juillet-août) et une saison des pluies qui dure de quatre à cinq mois. Le sous-sol est constitué de granites et de gneiss, les sols sont souvent rouges et assez minces. La monotonie du plateau est interrompue par quelques rides de reliefs plus marqués qui correspondent à des affleurements de roches plus dures se détachant très nettement et prenant l'aspect de « montagnes-îles », d'inselberge.

Le sous-sol est riche en ressources minières : or, argent, minerai de fer, manganèse, chromite et magnésite. La région a été assez bien aménagée par les souverains de l'État princier, qui ont montré un certain souci du développement économique. Un certain nombre de réseaux d'irrigation ont été mis en place, à partir de barrages assez importants, comme celui de Hospet. Ils permettent la culture du coton dans le Nord et celle de la canne à sucre dans le Sud.

Le plateau a aussi une activité industrielle non négligeable, toujours en raison d'interventions de l'État : l'État princier fonda en 1920 le groupe sidérurgique de Bhadrāvati, qui exploite les minerais de fer locaux ; l'État fédéral a concentré des investissements assez importants sur la capitale, Bangalore (aéronautique, machines-outils, construction mécanique, électronique). Cette Indian Silicon Valley, qui comptait 5, 68 millions d'habitants en 2001, enregistrant la plus forte progression des grandes villes indiennes après Delhi.. Les autres industries de l'État concernent le textile, la cimenterie, l'industrie chimique, le sucre et la papeterie. La sériciculture emploie, encore de nombreuses personnes ; la production de soie grège est toujours la plus importante au niveau national.

Les Ghāts de l'Ouest constituent une énorme marche d'escalier conduisant à la côte ouest. Elles sont très boisées et pluvieuses ; les Britanniques y avaient créé des plantations, notamment de café (le Karnataka abrite 70 p. 100 des plants de café cultivés en Inde) et de thé. Les forêts produisent principalement du bois de santal et du teck pour l'exportation.

Le Karnataka côtier est très pluvieux, avec une saison des pluies longue de six à sept mois qui lui confère un climat du type sub-équatorial. La population est très dense. Le système de culture est fondé sur l'association du riz, avec deux ou trois récoltes par an, et des cocotiers. Mais il existe aussi des ressources industrielles. Des argiles kaoliniques expliquent l'ancienne spécialisation de la région dans la fabrication des tuiles, connues dans toute l'Inde sous le nom de « tuiles de Mangalore ».

Les principales villes du Karnataka, après Bangalore, sont Hublī-Dhārwād (786 195 hab. en 2001), l'ancienne capitale Mysore (799 228 hab.), Gulbarga (430 265 hab.) et Mangalore, port caféier et petit centre industriel (539 387 hab.).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KARNATAKA, anc. MYSORE ou MAISUR, géographie  » est également traité dans :

BANGALORE

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 294 mots
  •  • 1 média

Ville de l'Union indienne, située au centre de la partie méridionale de la péninsule, sur un grand plateau granito-gneissique connu sous le nom de plateau de Mysore (ou Maïssour). Elle est l'une des deux capitales historiques de l'État de Mysore, l'un des plus importants du sud de l'Inde dans l'histoire contemporaine, qui est devenu l'État de Karnātaka en 1973. Elle a été choisie comme siège de l' […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « KARNATAKA, anc. MYSORE ou MAISŪR, géographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/karnataka-mysore-maisur/