GÖTZ KARL OTTO (1914-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre allemand né le 22 février 1914 à Aachen. Artiste romantique, c'est par le truchement de l'automatisme, du geste spontané et de l'informel que Karl Otto Götz tente de retrouver les échos et les rythmes profonds des grands bouleversements du monde et de la nature humaine. Il s'initie pendant son service militaire à la technique du radar, ce qui ne sera pas sans influer fortement sur sa conception de l'espace. Douloureusement marqué par la guerre et par le nazisme, le sentiment qu'il a d'être un exilé dans son propre pays le pousse, après la défaite, à tenter de renouer avec les grands courants de l'art international. Il fonde alors la revue d'avant-garde Meta, et entre en relation avec le groupe de Prampolini en Italie, et les artistes du mouvement Cobra. Influencé, comme ces derniers, par le surréalisme ainsi que par l'œuvre de son compatriote Willi Baumeister, il aboutit à partir de 1954 à une peinture abstraite entièrement fondée sur l'automatisme gestuel.

Dans un déluge de couleurs extrêmement violentes (parfois réduites aux seules oppositions du noir et du blanc), ponctuées de tonalités stridentes, Karl Otto Götz élabore les métamorphoses successives d'un univers de tourbillons et de tensions rythmiques d'un lyrisme véhément. Grandes formes semblables à des chutes d'eau, aux fulgurants tracés d'une comète fabuleuse ou aux dédales sans fin d'un labyrinthe imaginaire, la peinture de Götz « garde un timbre héroïque, écrit Giulio Carlo Argan (Préface au Catalogue de l'exposition à la Galleria Attico, Rome, 1966) ; elle propose une poétique nouvelle du sublime, et retrouve d'une façon imprévisible la fougue que lui inspire le Sturm und Drang, l'idéal romantique des sensations fortes ». Pour la série Giverny (1986-1988), inspirée par le jardin de Monet, il utilise une large palette de couleurs, excepté le noir. Dans les années 2010, il conçoit de monumentales compositions en noir et blanc.

De 1959 à 1979, Götz enseigne à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf, il compte parmi ses élèves Sigmar Polke et Gerhard Richter. D'importantes expositions lui sont consacrées régulièrement en Allemagne : Städtischen Kunsthalle de Düsseldorf (1984), Städtische Kunstsammlungen de Chemnitz (1993) ; Albertinum de Dresde (1994) ; Hetjens-Museum de Düsseldorf (2001) ; Arp Museum à Remagen (2010) ; Neue Nationalgalerie de Berlin (2014).

Karl Otto Götz meurt à Niederbreitbach (Rhénanie-Palatinat), le 19 août 2017.

—  Maïten BOUISSET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GÖTZ KARL OTTO (1914-2017)  » est également traité dans :

COBRA, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 422 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trajectoires et rencontres »  : […] Mouvement éminemment nomade et décentré, Cobra vivra de rencontres entre les cultures et les expériences respectives de ses membres. Le poète Dotremont, qui fut d'abord en contact avec Raoul Ubac et les surréalistes belges, gagne Paris en 1940. Il y rencontre Gaston Bachelard et collabore, à partir de 1941, à La Main à plume , revue clandestine animée par Noël Arnaud, avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cobra/#i_10254

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « GÖTZ KARL OTTO - (1914-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-otto-gotz/