MYRDAL KARL GUNNAR (1898-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juriste de formation, le Suédois Karl Myrdal se consacre très tôt aux problèmes économiques internationaux. Professeur en 1935, il reçoit une chaire à l'université de Stockholm. En 1932, à l'arrivée au pouvoir de la social-démocratie, il formule la base théorique de sa politique économique axée sur le réformisme et l'intervention étatique. Plus tard, dans un livre sur les conséquences économiques et sociales d'une baisse de la natalité, il préconise une politique familiale qui sera largement appliquée par le régime à la fin des années 1930. Ambassadeur en Inde, il devient alors un des pionniers du contrôle des naissances. Appelé en Amérique, il enseigne à Harvard et publie, en 1942, sous l'égide de la Fondation Carnegie une vaste étude sur la situation des Noirs ; dans cet ouvrage, intitulé An American Dilemma : the Negro Problem and Modern Democracy (un classique de la sociologie appliquée américaine), il met en garde l'opinion contre un optimisme trop facile à propos de l'intégration raciale et prévoit que des crises sociales surviendront quand les Noirs des États sudistes seront chassés par le chômage vers les grands centres industriels du Nord. À la fin de la guerre, Myrdal entre dans la politique active, dirigeant la planification économique de la Suède pour la période d'après guerre, puis deviendra, en 1945, ministre du Commerce. Quelques années plus tard, il commencera une longue carrière d'expert international. De 1947 à 1957, il est secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations unies pour l'Europe. À partir de 1957, il s'intéresse plus particulièrement aux problèmes du développement dans le Sud-Est asiatique et publie, en 1968, An Asian Drama. Myrdal appartient à une génération qui a conduit la Suède d'un capitalisme sauvage à l'État-providence. L'expérience tentée dans cette perspective est loin de combler l'attente de son initiateur, qui n'en reste pas moins ardent partisan de Planifier pour développer (Beyond the Welfare State, 1963). En 1974, il partage avec Friedrich von Hayek le prix Nobel de sciences économiques. Son épouse, Alma Myrdal, ministre, auteur du programme d'action social-démocrate de 1967, a été déléguée aux négociations du désarmement de Genève ; leur fils, Jan Myrdal, animateur de l'extrême gauche suédoise, a publié Un village de la Chine populaire (1964).

Gunnar Myrdal

Gunnar Myrdal

photographie

Le Suédois Karl Gunnar Myrdal (1898-1987), Prix Nobel d'économie avec Friedrich von Hayek en 1974. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Karl KOEHLER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MYRDAL KARL GUNNAR (1898-1987)  » est également traité dans :

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/#i_44986

Pour citer l’article

Karl KOEHLER, « MYRDAL KARL GUNNAR - (1898-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-gunnar-myrdal/