KALḤU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Kaleh ou Kélah (assyrien Kalhu, hébreu Kālah), aujourd'hui Nimrud, est l'une des quatre villes, avec Ninive, Rehoboth-‘ir et Résen, que, selon le livre de la Genèse (x, 11), Nemrod aurait bâties au pays d'Aššur.

La tradition scripturaire qui relègue la fondation de Kalhu aux origines mêmes de l'histoire assyrienne n'est pas confirmée par les données historiques objectives. C'est Salmanazar Ier (~ 1274-~ 1245) qui la fonde réellement sur la rive orientale du Tigre à une trentaine de kilomètres au sud de la moderne Mosul et de Ninive-Kuyundjik, près de l'embouchure du grand Zab. Kalhu semble avoir connu ensuite une période d'obscurité. Tukulti-Ninurta Ier (~ 1244-~ 1208), au terme de sa campagne victorieuse contre le roi de Babylone, Kaštiliaš, en ~ 1235, installe à Kalhu des Babyloniens déportés. Kalhu ne retrouve vraiment un nouvel éclat qu'avec Aššurnasirpal II (~ 884-~ 858) qui la choisit pour sa résidence et la rebâtit pratiquement de fond en comble. Il l'entoure d'une imposante enceinte, renforcée de très nombreuses tours. Les vestiges de cinquante-huit d'entre elles ont été retrouvés rien que pour la partie septentrionale des remparts. Le roi embellit aussi sa capitale par la construction de temples et de palais. Un canal creusé à travers le rocher amène l'eau du grand Zab jusqu'au cœur de la ville. Tout au long de ses rives se succèdent vergers et vignobles. La plus belle construction d'Aššurnasirpal II est son palais royal, dit palais du Nord-Ouest, orné de magnifiques bas-reliefs où le roi est représenté exerçant les fonctions religieuses ou guerrières inhérentes à sa charge. Les travaux de Kalhu sont poursuivis par Salmanazar III (~ 858-~ 824), fils et successeur d'Aššurnasirpal. Il construit le palais dit palais central, où l'on a retrouvé le fameux « obélisque noir » qui est important pour la chronologie de l'Ancien Testament : le texte décrit, en effet, le tribut que le roi d'Israël, Jehu, fils d'Omri, paie à Salmanazar III en ~ 842. Téglathphalasar III (~ 744-~ 727) habita [...]

Les peuples vaincus apportent leur tribut au roi assyrien Salmanasar III

Diaporama : Les peuples vaincus apportent leur tribut au roi assyrien Salmanasar III

Diaporama

ART DU PROCHE-ORIENT, empire néo-assyrien, Xe siècle-612 avant J.-C., Détail de l'"Obélisque noir" de Salmanasar III, roi du Nouvel Empire assyrien : les peuples vaincus apportent leur tribut, albâtre noir. The British Museum, Londres. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KALHU  » est également traité dans :

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le premier empire d'Assour : formation du peuple assyrien (XIVe-XIIIe s.) »  : […] Les princes d'Assour réussissent cependant à échapper à la domination du Hanigalbat (c'est le nom qu'ils donnent au Mitanni) et aux prétentions des rois kassites de Babylone qui revendiquent la suzeraineté de toute la Mésopotamie. Au xiv e  siècle, profitant du fait que les descendants de Shaoushatar se déchirent en des luttes impitoyables qui minent leur empire, les vicaires d'Assour reprennent p […] Lire la suite

ORIGINES DE L'URBANISME AU PROCHE-ORIENT

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 7 292 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Ville et pouvoir politique »  : […] Le passage du village à la cité, c'est aussi la manifestation ultime d'une évolution des structures de la société. Le village néolithique apparaît comme le rassemblement d'édifices identiques ou d'importance voisine ; il devait certes y avoir un chef de l'ensemble de la communauté, mais nous n'en trouvons guère de traces matérielles. Au contraire, dès que l'on constate une transformation dans la s […] Lire la suite

SARGON II ou SHARROU-KEN, roi d'Assyrie (721-705 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jorgen LAESSOE
  • , Universalis
  •  • 924 mots

Sargon est la transcription hébraïque de l'assyrien Sharrou-ken, nom de règne signifiant « roi légitime » (Isaïe  xx , 1). Ce nom fut probablement choisi en mémoire de deux anciens rois d'Assyrie, en particulier Sargon d'Akkad dit l'Ancien. L'ascendance de Sargon II est partiellement entourée de mystère mais il est probablement l'un des plus jeunes fils de Téglath-Phalasar III et donc le frère de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valentin NIKIPROWETZKY, « KALḤU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kalhu/