JULES III, GIOVAN MARIA DE' CIOCCHI DEL MONTE (1487-1555) pape (1550-1555)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps prélat domestique de Jules II, cet ecclésiastique a été, avec les cardinaux Marcel Cervini et Réginald Pole, l'un des trois légats pontificaux au concile de Trente et le célébrant principal de la messe d'ouverture pour la première session, le 13 décembre 1545. Il y suit de plus près les débats concernant la réforme canonique que les discussions de doctrine, pour lesquelles il manque de compétence personnelle. Fin 1549, à la mort de Paul III, le conclave a dû se prononcer pour ce cardinal paysan, afin de trouver un compromis entre le cardinal Farnèse, candidat des Impériaux, et le cardinal de Lorraine, candidat des Français. Partisan décidé du concile de réforme, Jules III le convoque de nouveau pour une deuxième session (1551-1552). Il résiste à la pression d'Henri II de France appuyé par les galères turques, mais il doit céder à l'empereur Charles Quint, et surtout au duc Maurice de Saxe, qui marche sur la ville de Trente : il suspend alors le concile.

En envoyant à Londres, à la mort d'Édouard VI (1553), le cardinal Pole comme légat, il tente de promouvoir la restauration du catholicisme en Angleterre.

Le népotisme, le goût du faste empêcheront ce canoniste intelligent de faire une grande œuvre : sa réforme de l'administration romaine se limite à la réduction des taxes et « compositions » reçues par la Daterie apostolique pour les pièces officielles et à l'institution de la Signature apostolique, qui devrait les délivrer gratuitement. L'histoire inscrit à son compte une protection active de la jeune Compagnie de Jésus, la promotion au rang d'université du Collegio romano fondé par Ignace de Loyola, l'adjonction au Collegio germanico d'un collège hongrois pour doter d'un clergé sûr le pays lointain de saint Étienne.

Dans le beau palais de Tivoli, au milieu des fontaines et des roses, les dernières années de ce pape désabusé ont été tristes : en effet, la réforme de l'Église s'avérait lente.

—  Armand DANET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JULES III, GIOVAN MARIA DE' CIOCCHI DEL MONTE (1487-1555) pape (1550-1555)  » est également traité dans :

PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 2 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une carrière au service de la papauté »  : […] Palestrina n'est pas son nom patronymique, mais celui de sa ville natale, l'antique Préneste, chantée par Virgile et Horace, célèbre par son temple de la Fortune aujourd'hui en ruine, située non loin de Rome dans la région des monts Prenestini. Fils de Sante Pierluigi, humble propriétaire terrien, Giovanni fut d'abord enfant de chœur à la maîtrise de la cathédrale Sant'Agapit. En 1537, âgé d'une d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-pierluigi-da-palestrina/#i_30325

Pour citer l’article

Armand DANET, « JULES III, GIOVAN MARIA DE' CIOCCHI DEL MONTE (1487-1555) - pape (1550-1555) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-iii-giovan-maria-de-ciocchi-del-monte-pape/