BARBEY D'AUREVILLY JULES (1808-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On ne peut aisément situer ni définir Barbey d'Aurevilly. Par les dates de sa vie, il touche aux deux mouvements littéraires extrêmes du xixe siècle, le romantisme et le symbolisme ; il semble prolonger l'un et, par certains aspects de son œuvre, annoncer l'autre. Personnage contradictoire, il a laissé de soi une image complexe, ou plutôt des images opposées dont la critique a quelque peine à tirer un portrait : celle d'un dandy un peu ridicule, celle d'un critique brutal et dogmatique, appuyant ses condamnations violentes sur un catholicisme étroit, celle d'un romancier régionaliste, attiré par le passé de sa Normandie natale et par la chouannerie qui flatte son royalisme, celle aussi d'un créateur qui pousse ses personnages aux limites de la révolte, du satanisme et du blasphème.

Le dernier grand seigneur ?

Jules Barbey d'Aurevilly est né le 2 novembre 1808, à Saint-Sauveur-le-Vicomte, petite ville du Cotentin. S'il ne descendait pas, comme on l'a longtemps prétendu, de Louis XV, il appartenait à une famille aisée, très officiellement anoblie vers le milieu du xviiie siècle. La Révolution avait brusquement interrompu cette ascension sociale. L'enfant vécut au milieu des rêves, des regrets et des rancœurs. La Restauration même parut tiède à de tels royalistes qui s'enfermèrent dans leur mauvaise humeur. Des études traditionnelles et assez sérieuses, une licence de droit faite à Caen sont les concessions qu'il fait à sa famille. En 1833, il se libère grâce à un petit héritage, et vient s'installer à Paris. L'héritage dilapidé, il tentera de se faire une place dans la littérature ; il lui faudra plus de quinze ans pour connaître son premier succès, avec la publication simultanée d'un pamphlet, Les Prophètes du passé, et d'un roman, Une vieille maîtresse. C'était en 1851 ; il avait déjà collaboré à divers journaux, pour des articles politiques ou de la critique littéraire ; il mène alors une vive campagne en faveur du rétablissement de l'Empire. L'année suivante, il entre au Pays, [...]

Jules Barbey d’Aurevilly, Carolus-Duran

Jules Barbey d’Aurevilly, Carolus-Duran

Photographie

Dandy flamboyant, admirateur de Baudelaire et de Huysmans, Barbey d'Aurevilly donne volontiers pour cadre la Normandie, son pays natal, à des fictions où dominent la torture de soi et les amours contrariées. Carolus-Duran, Portrait de Jules Barbey d'Aurevilly, 1860. Huile sur toile. Château de... 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Besançon

Classification


Autres références

«  BARBEY D'AUREVILLY JULES (1808-1889)  » est également traité dans :

DANDYSME

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 981 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le passage au type : Barbey, Baudelaire »  : […] Inimitable, Brummell n'en constitue pas moins une figure essentielle des clubs londoniens et de la littérature anglaise à la mode, les fashionable novels . Byron , le premier à affirmer qu'il aurait préféré être Brummell plutôt que Napoléon, contribue à faire du personnage un héros romantique. Tourné en dérision par Carlyle qui présente le dandysme comme une secte superstiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dandysme/#i_5840

LES DIABOLIQUES, Jules Barbey d'Aurevilly - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick AVRANE
  •  • 949 mots
  •  • 1 média

Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889) a vécu de son métier de journaliste plus que de son œuvre proprement littéraire . Une trentaine de volumes rassemblant ses critiques de livres, de pièces de théâtre, ses articles polémiques furent publiés, en grande partie après sa mort. Toutefois, son travail de romancier s'étend sur de longues années, depuis Léa (nouvelle publiée en 183 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-diaboliques/#i_5840

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passages-architecture/#i_5840

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du blasphème à l'acte de foi »  : […] Même lorsqu'il n'atteint pas ces limites, le satanisme des « petits romantiques » recèle un élément novateur de première importance : il se situe à l'opposé de cette célébration de la nature qui entretient, même dans les formes les plus désespérées du romantisme, une certaine connivence entre la poésie et l'être. Disciples en cela encore du marquis de Sade, les adeptes de cette littérature ne temp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satanisme-litterature/#i_5840

Pour citer l’article

Jacques PETIT, « BARBEY D'AUREVILLY JULES - (1808-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-barbey-d-aurevilly/