BLOY LÉON (1846-1917)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier, critique, historien..., Léon Bloy est surtout connu comme polémiste. La violence de ses attaques a souvent masqué l'intérêt d'une œuvre qui apparaît comme celle d'un poète, formé par le romantisme et contemporain des grandes ambitions symbolistes.

Timide et violent

Né à Périgueux, Léon Bloy alla très tôt vivre à Paris, mais ne publia son premier ouvrage qu'à près de quarante ans, en 1884. Il vécut jusque-là d'un modeste emploi de dessinateur, tout en fréquentant le petit groupe d'écrivains qui gravitait autour de Barbey d'Aurevilly. Il fut aussi, alors, l'ami de Huysmans, de Villiers de l'Isle-Adam, de Verlaine... Converti par Barbey en 1869, initié par l'abbé Tardif de Moidrey aux méthodes exégétiques, dont il tire tout un « symbolisme » de l'histoire, il prépare lointainement, dès cette époque, certains de ses ouvrages. Aussi sa carrière littéraire, pour brève qu'elle soit, est-elle marquée par une trentaine de livres importants.

Souvent contraint, dès 1883, et surtout après son mariage en 1890, de collaborer à divers journaux, il y publiait des articles d'une violence extrême qui indisposèrent contre lui. Ainsi s'organisa cette « conspiration du silence » qu'il sentait autour de son œuvre et qui n'était pas tout imaginaire. Ses difficultés financières ont fait naître une sorte de légende, qu'il entretenait volontiers, celle du « mendiant ingrat ». L'homme était bon, en réalité, mais passionné, hanté par l'absolu, d'une intransigeance farouche ; un timide, sans doute, s'extériorisant par la violence. Dans ses dernières années, il exerça une influence profonde sur un petit groupe d'amis, parmi lesquels on pourrait citer Jacques et Raïssa Maritain, Georges Rouault, Georges Auric...

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Besançon

Classification


Autres références

«  BLOY LÉON (1846-1917)  » est également traité dans :

LE DÉSESPÉRÉ, Léon Bloy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 068 mots

« Je suis l'auteur du Désespéré, c'est incontestable, mais seulement du Désespéré, et il en sera toujours ainsi, eussé-je écrit cent autres livres », se plaint Léon Bloy (1846-1917) en 1912. De fait, cette œuvre étrange et monstrueuse, à l'appartenance générique des plus hésitantes (roman ? autobiographie ? […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-desespere/#i_23267

JOURNET CHARLES (1891-1975)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 884 mots

ouvrage, Destinées d'Israël (1945) est d'une veine moins heureuse. L'auteur y reprend à son compte les imaginations fulgurantes du Salut par les Juifs de Léon Bloy. Il tente de dépouiller ce pamphlet de ses relents antisémites pour n'en retenir que l'intuition centrale du rôle permanent d'Israël dans le salut du monde. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-journet/#i_23267

ROUAULT GEORGES (1871-1958)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 670 mots

Dans le chapitre « La thématique de Rouault »  : […] – Daumier, Degas et Lautrec, en particulier –, mais l'esprit dans lequel Rouault l'aborde est tout différent : l'omniprésence du sentiment du péché renvoie plutôt à la pensée de Léon Bloy, encore que ce dernier, après s'être vanté d'avoir « annexé » le jeune artiste, n'ait finalement vu dans les œuvres de Rouault – notamment Mr et M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-rouault/#i_23267

Pour citer l’article

Jacques PETIT, « BLOY LÉON - (1846-1917) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-bloy/