GÓMEZ JUAN VICENTE (1857-1935)

Juan Vicente Gómez fut dictateur du Venezuela de 1908 à 1935.

Né le 24 juillet 1857 à San Antonio del Táchira (région andine près de la frontière colombienne) dans une famille d'origine indienne, Juan Vicente Gómez, qui a reçu une éducation succinte, devient une figure locale dans la région. Rejoignant la milice privée du général Cipriano Castro en 1899, il est nommé vice-président lorsque ce dernier renverse le gouvernement et prend le pouvoir à Caracas. En 1908, tandis que le dictateur Castro, malade, part se faire soigner en Europe, Gómez s'empare du pouvoir. Il régnera jusqu'à sa mort soit en exerçant lui-même le pouvoir, soit par le biais de présidents fantoches.

Sous la dictature de Gómez, le Venezuela acquiert une certaine indépendance économique grâce à la découverte de gisements de pétrole non loin du lac Maracaibo en 1914, qui lui permettent de négocier avec les États-Unis, le Royaume-Uni et les Pays-Bas des contrats pétroliers favorables à son pays. Il continue à maintenir de bonnes relations avec les nations étrangères et réussit à effacer la dette extérieure du Venezuela. Il contrôle par ailleurs les caudillos locaux et les représentants de l'Église catholique, il se lance dans un vaste programme de travaux publics et met sur pied une administration efficace, participant ainsi à l'unification du territoire.

Au cours de ces années, il ne cesse cependant d'accroître sa fortune, achetant des propriétés foncières, des sociétés commerciales et diverses entreprises industrielles ; il est réputé être l'homme le plus riche du sous-continent. En outre, il contrôle le pays par la force et la terreur grâce à la création des Forces armées nationales, qui deviennent les mieux équipées d'Amérique du Sud. Juan Vicente Gómez meurt le 17 décembre 1935 à Maracay ; il laisse un pays gangrené par la corruption.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  GÓMEZ JUAN VICENTE (1857-1935)  » est également traité dans :

VENEZUELA

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Véronique HÉBRARD
  • , Universalis
  •  • 14 167 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Présidence de Castro (1899-1908) »  : […] libertadora qui réunit les opposants à Castro à Ciudad Bolívar. Le triomphe des forces gouvernementales marque la fin du cycle des guerres civiles dans le pays et consolide la figure de Juan Vicente Gómez comme stratège militaire, lui permettant ainsi d'inaugurer le processus de transformation de l'armée en une authentique armée nationale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venezuela/#i_48361

Pour citer l’article

« GÓMEZ JUAN VICENTE - (1857-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-vicente-gomez/