JIMÉNEZ JUAN RAMÓN (1881-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romantisme idéaliste

J. R. Jiménez distinguait lui-même trois époques dans son œuvre lyrique : une première étape « romantique idéaliste » ; une deuxième d'un « spiritualisme symboliste » ; une troisième « métaphysique, d'exaltation de l'intelligence, savante, de type goethéen ». La première période est celle d'une inspiration souvent douloureuse, intimiste, raffinée. Ninfeas et Almas de violeta (Âmes de violette), publiés la même année (1900), doivent leur titre, respectivement, à Valle-Inclán et à Rubén Darío ; c'est assez dire leur filiation. Les images éclatantes, l'emphase du vocabulaire, la musique des mots et des rythmes, la rhétorique parfois pompeuse, jusqu'à la couleur de l'encre d'imprimerie, verte ou violette, tout est d'un modernisme presque insolent. Dès les recueils suivants, Rimas (1902) et Arias tristes (1903), le ton a changé, les accents sont plus vrais, plus dépouillés. Jardines lejanos (1904, Jardins lointains), dans des tonalités de rêve, de nuit, de clair de lune, cherche à traduire, par la mélodie douce et sensuelle des mots, la mélodie de quelques pages de Glück, de Schumann, de Mendelssohn. La production de ces années est abondante ; elle fut en partie recueillie dans la Segunda Antolojía poética en 1922. L'art du poète s'enrichit de sensations nouvelles (Baladas de primavera, 1910, Ballades de printemps), d'émotions complexes et presque morbides (Poemas mágicos y dolientes, 1911, Poèmes magiques et douloureux), de recherches métriques de plus en plus poussées (La Soledad sonora, 1911). Pastorales (1911) témoigne d'une grande maîtrise dans l'évocation stylisée de paysages, de scènes champêtres à la façon de Francis Jammes, sur des rythmes empruntés souvent à la copla andalouse, où se marient avec bonheur l'allégresse et la mélancolie. Mais la maîtrise et la virtuosité de Jiménez éclatent avec magnificence dans le livre qui clôt cette première étape : Sonetos espirituales (1917) ; les émotions, les sentiments, surtout l'amour ou l'amitié, s'y trouvent métamorphosés en symboles avec un art prodigieux de l'expression juste et suggestive. T [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  JIMÉNEZ JUAN RAMÓN (1881-1958)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouveaux maîtres à penser »  : […] Ganivet était l'ami de Miguel de Unamuno (1864-1936), le maître de la génération de 1898 et l'une des figures capitales de l'Espagne, devenue légende à cause de sa carrière passionnée de lutteur, sa gloire de recteur de l'université de Salamanque, son exil sous Primo de Rivera, son retour triomphal à l'avènement de la république, sa mort solitaire lors de l'entrée des franquistes à Salamanque. Ay […] Lire la suite

SONNETS SPIRITUELS, Juan Ramón Jiménez - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 701 mots

Juan Ramón Jiménez (1881-1958) distinguait trois périodes dans sa vie d'écrivain : l'époque sensitive, de 1909 jusqu'à 1915 environ ; l'époque intellectuelle, inaugurée par le Journal d'un poète nouveau marié (1916) – « début du symbolisme moderne dans la poésie espagnole » – qui prenait fin avec Chanson (1936) ; l'époque « suffisante » ou « véritable », celle des poèmes métaphysiques, Espace […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « JIMÉNEZ JUAN RAMÓN - (1881-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-ramon-jimenez/