PERÓN JUAN DOMINGO (1896-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République argentine de 1946 à 1955 et, après dix-huit ans d'exil, de septembre 1973 à sa mort, le général Perón a marqué durablement la vie politique argentine. Fondateur du péronisme, un mouvement qui s'appuie sur son leadership charismatique et sa rhétorique nationaliste, il a instauré un régime autoritaire qui est devenu le paradigme du populisme latino-américain.

Carrière militaire et première présidence

Né à Lobos, dans une exploitation de la région de production laitière qui entoure Buenos Aires, Juan Domingo Perón entre à quinze ans au Collège militaire et ne quittera pas l'armée active avant sa prise du pouvoir. Il gravit sans hâte les échelons, se spécialisant dans les troupes de montagne, puis il commence à s'intéresser aux expériences faites à l'étranger. Il se fait nommer attaché militaire au Chili, puis il est envoyé en mission dans l'Italie de Mussolini en 1939. Il paraît fasciné par le parti que l'on peut tirer d'un appel direct aux couches les plus humbles d'un peuple en leur tenant un langage propre à faire vibrer leur nationalisme latent et leurs aspirations à un minimum de justice sociale. Il semble également faire sienne une doctrine pyramidale de l'État où un homme, le líder, ayant la confiance de tous, est chargé d'arbitrer, pour indiquer, au nom de la solidarité nationale, la voie à suivre. Cela pourrait être du corporatisme, mais Perón corrige cette doctrine par un désir d'unanimisme et par un appel au verbe plus qu'à la force. Sa vision confuse, mi-autoritaire mi-généreuse, des rapports sociaux et du rôle de l'État se décante en une formule et en un mouvement : le justicialisme, qui n'est encore, en 1943, lors du putsch réussi des militaires fascisants du Groupe des officiers unis (G.O.U.), que dans les limbes de la pensée du colonel Perón. Toutefois, elle lui inspire déjà l'idée géniale de solliciter le poste obscur de secrétaire d'État au Travail.

Dès lors, la vie de Perón se confond avec l'histoire de l'Argentine. Il suffit d'en évoquer brièvement les moments décisifs : la rencontre avec Eva Duarte d'abord, la jeune, jolie et passionnée speakerine de Radio-Belgrano, qui prend fait et cause pour tous les déshérités et laissés-pour-compte d'une société argentine particulièrement brutale dans les rapports qu'elle laisse s'établir entre l'aristocratie et les producteurs de la richesse. Aussi, lorsque ses collègues de la junte militaire s'inquiètent du rayonnement de Perón (rayonnement non seulement verbal mais aussi structuré par des liens étroits avec les organisations syndicales qu'il favorise), quand ils le mettent aux arrêts, Evita fait entrer les médias dans l'histoire argentine en mobilisant, le 17 octobre 1945, les travailleurs de la banlieue. Ceux-ci viennent en famille investir le palais présidentiel. Par cette manifestation spontanée, qui marque l'entrée massive des travailleurs dans la vie politique nationale, les descamisados obtiennent, certes, le retour au premier rang de leur idole, mais surtout créent le mythe, toujours vivace, du pouvoir populaire péroniste ; d'ailleurs l'appareil syndical devient le plus puissant pilier du péronisme. Le 24 février 1946, Perón est élu président de la République à l'issue d'un scrutin régulier qui le fait triompher de Tamborini, candidat des partis coalisés contre lui, de la droite à la gauche, sous le sigle de l'Union démocratique et jouissant de l'appui des États-Unis. Il est réélu en 1951 ; mais son épouse, Evita, meurt de leucémie en juillet 1952 et le prive d'un incomparable atout de popularité, alors que la crise économique frappe l'Argentine après les années d'abondance de l'immédiat après-guerre. Peu à peu, les deux alliés du régime, les forces armées et l'Église (subitement attaquée à cause de son hostilité à l'endoctrinement systématique de la jeunesse et à la légalisation du divorce), l'abandonnent ; les classes moyennes urbaines sont lasses d'un système qui lamine leur représentation tout en se dégradant en des formes de plus en plus totalitaires ; enfin, une certaine inquiétude gagne les ouvriers atteints par la crise.

Juan Perón, 1946

Photographie : Juan Perón, 1946

Élu président de la République Argentine, Juan Domingo Perón (1895-1974) salue la foule de l'avenue de Mayo, en 1946. 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Les époux Perón, 1951

Photographie : Les époux Perón, 1951

Le président argentin Juan Domingo Perón (1895-1974) et son épouse Eva Perón (1919-1952) à Buenos Aires, en 1951. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Juan Perón, 1946

Juan Perón, 1946
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Les époux Perón, 1951

Les époux Perón, 1951
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant des facultés des lettres et sciences humaines, professeur à l'université nationale de Cuyo-Mendoza, Argentine

Classification

Autres références

«  PERÓN JUAN DOMINGO (1896-1974)  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La restauration péroniste (1973-1976) »  : […] La restauration péroniste va tenter de renouveler l'expérience de 1946, mais les conditions ne sont plus les mêmes : l'économie est désormais passée sous la dépendance technologique et financière des firmes multinationales, la classe ouvrière est plus expérimentée et plus combative, et le mouvement péroniste lui-même est déchiré par des contradictions d'autant plus vives que l'âge et l'état de sa […] Lire la suite

FRONDIZI ARTURO (1908-1995)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BUHRER
  •  • 479 mots
  •  • 1 média

Fils d'émigrés calabrais, Arturo Frondizi, homme politique argentin, est né le 28 octobre 1908 à Paso-de-los-Libres, dans le nord du pays, non loin des frontières du Paraguay et du Brésil. L'amélioration de la situation familiale — son père, cheminot, était devenu entrepreneur et la famille avait entre-temps déménagé dans la capitale — lui permet de s'inscrire à l'université de Buenos Aires où il […] Lire la suite

MENEM CARLOS SAÚL (1930-2021)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 788 mots

Homme d'État argentin, président de la République de 1989 à 1999. Carlos Saúl Menem naît le 2 juillet 1930 à Anillaco, dans la province de La Rioja (Argentine). Fils d'immigrés syriens, Carlos Saúl Menem est élevé dans la foi musulmane mais se convertit au catholicisme, la religion officielle de l'Argentine, pour réaliser ses aspirations politiques. Il rejoint le mouvement péroniste, rassemblé dan […] Lire la suite

PERÓN EVA (1919-1952)

  • Écrit par 
  • Gérard PONTHIEU
  •  • 164 mots
  •  • 1 média

D'origine modeste, María Eva Duarte, dite Evita, est actrice et speakerine de radio lorsqu'elle épouse, à l'âge de vingt-cinq ans, le président de la république Argentine, Juan Domingo Perón. Elle assistera celui-ci avec un enthousiasme passionné dans sa propagande en faveur du « justicialisme ». Son ascendant sur le peuple a pu être considéré comme l'un des phénomènes les plus remarquables et les […] Lire la suite

POPULISME

  • Écrit par 
  • Pierre-André TAGUIEFF
  •  • 8 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Populismes latino-américains : le modèle historique du « national-populisme » »  : […] C'est bien en référence, directe ou indirecte, aux mobilisations et aux régimes « nationaux-populistes » d'Amérique latine – des années 1930 aux années 1950 –, décrits par leurs adversaires puis conceptualisés par certains sociologues (Gino Germani), que fonctionne aujourd'hui la catégorie de « populisme », avec ses connotations plutôt négatives (autoritarisme, nationalisme, paternalisme, démagog […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Romain GAIGNARD, « PERÓN JUAN DOMINGO - (1896-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-domingo-peron/