FARMAN JOSEPH CHARLES (1930-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Scientifique britannique spécialiste de l’atmosphère, Joseph Farman découvrit au-dessus de l’Antarctique un « trou » dans la couche d’ozone de la haute atmosphère. Ses observations apportèrent la preuve que la production croissante de chlorofluorocarbures (CFC) par les activités humaines contribuait à la destruction de l’ozone stratosphérique et confirmèrent les recherches menées auparavant par Paul Crutzen, Mario Molina, et Franck Sherwood Rowland, récompensées en 1995 par le prix Nobel de chimie.

Joseph Charles Farman naît le 7 août 1930 à Norwich (comté de Norfolk, Royaume-Uni). Après avoir étudié les mathématiques et les sciences naturelles au Corpus Christi College de Cambridge, il est recruté en 1956 au sein du futur British Antarctic Survey (B.A.S.). À partir du milieu des années 1970, il enregistre et analyse la concentration d’ozone au-dessus de la station scientifique du B.A.S. à Halley Bay, en Antarctique, à l’aide d’un spectrophotomètre Dobson et de ballons-sondes. Il constate pour la première fois une destruction de la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique au début des années 1980, mais pense dans un premier temps que cette anomalie, non repérée par les satellites de la N.A.S.A., est due à un spectrophotomètre au sol défectueux. Lorsqu’un nouvel instrument de mesure indique une destruction annuelle plus importante encore de l’ozone stratosphérique en 1984, Farman réexamine ses relevés précédents et constate que depuis 1975 la concentration d’ozone chute en octobre (pendant le printemps austral) de 40 p. 100 environ, avec une diminution de près de 60 p. 100 certaines années. En mai 1985, Joseph Farman et ses collègues Jonathan Shanklin et Brian Gardiner publient leurs résultats dans la revue Nature (la N.A.S.A. reconnaîtra par la suite que ses satellites avaient détecté le « trou », mais que leur système de traitement des données avait rejeté ces valeurs anormales). En septembre 1987, quarante-trois pays adoptent le protocole de Montréal destiné à contrôler la production et l’utilisation de substances chimiques appauvrissant la couche d’ozone.

Farman partage par la suite son temps entre le B.A.S., qu’il quitte en 1990, et son poste au département de chimie de l’université de Cambridge. Il est nommé membre du Club global 500 du Programme des Nations unies pour l’environnement en 1988. Joseph Farman meurt le 11 mai 2013, à Cambridge.

—  Melinda C. SHEPHERD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FARMAN JOSEPH CHARLES (1930-2013)  » est également traité dans :

OZONE ATMOSPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 296 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La découverte du « trou » »  : […] Sur ce fond de controverses hautement techniques, difficiles à appréhender par le public et les politiques, l'annonce en 1985 de la découverte du trou dans la couche d'ozone fait l'effet d'une bombe. Selon les mesures effectuées par Joseph Farman et ses collaborateurs à la station scientifique britannique de Halley Bay, plus de la moitié de l'ozone au-dessus de l'Antarctique disparaît pendant le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ozone-atmospherique/#i_55475

TROU DANS LA COUCHE D'OZONE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 314 mots
  •  • 1 média

L'ozone (O 3 ) situé dans la stratosphère joue un rôle protecteur en absorbant les rayons ultraviolets. Une diminution de sa teneur a pour conséquence d'augmenter le bombardement de la surface terrestre par les U.V., ce qui a des effets néfastes sur tous les êtres vivants. En 1974, Mario Molina et Franck Sherwood Rowland démontrent que les chlorofluorocarbures (CFC) produits par les activités huma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trou-dans-la-couche-d-ozone/#i_55475

Pour citer l’article

Melinda C. SHEPHERD, « FARMAN JOSEPH CHARLES - (1930-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-charles-farman/