BERGAMÍN JOSÉ (1895-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Un oui, un non, une ligne droite, une fin » : ce dit nietzschéen qui inspira l'objectif d'affirmation et de négation de sa revue Cruz y raya peut aussi définir la vie de José Bergamín. Si l'être « bergamasque » des années trente se posait comme un être de foi en trois personnes : « foi en l'art, foi dans le jeu, foi en Dieu », avec la guerre d'Espagne s'en impose une quatrième qui se confond avec la République. Bergamín restera jusqu'au bout un Républicain. « Si l'Espagne est une, plaisantait-il, où est l'autre ? » L'autre, la non-officielle, il l'emporta partout avec lui. Pendant vingt-cinq années d'exil, entrecoupées d'un bref et tumultueux retour (1958-1963), il fut « pèlerin espagnol » en Amérique, puis à Paris, jusqu'à le devenir dans sa propre patrie à partir de son retour définitif en 1970.

Son nom vient de Bergame — comme Arlequin, se plaisait-il à rappeler. Un grand-père vénitien, des parents malagueños, une enfance madrilène. Il fut élevé par des servantes andalouses « qui heureusement étaient encore analphabètes », et il rendra hommage, dans un de ses plus beaux essais, La Decadencia del analfabetismo (1933), au pouvoir spirituel de l'ignorance, aux peuples enfants analphabètes « qui pensent et croient simultanément, en jouant. »

Impossible d'entendre Bergamín si l'on a horreur du jeu. Dès son premier livre, El Cohete y la estrella (L'Étoile et la fusée, 1923), le sous-titre éclate : « Doutes aphoristiques ». Mettre le doute en aphorisme ! Ce dernier « court-circuit électrique de la pensée », atterrit en paradoxe. Le paradoxe « bergamasque » est à rattacher à un genre qui a un long passé dont témoigne « El disparate en la literatura española » (Beltenebros y otros ensayos, 1969). Le disparate, fait ou dit hors de propos, parent du verbe disparar (tirer pour une arme à feu, décocher pour une flèche), étonne donc, détonne, plus virulent que la greguería, forme nouvelle créée par Ramón Gómez de la Serna dont Bergamín fréquente la tertulia, au café Pombo. L'impossible traduction de Disparadero español [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à l'U.E.R. de littérature générale et comparée de l'université Paris-III, agrégée d'espagnol

Classification


Autres références

«  BERGAMÍN JOSÉ (1895-1983)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La génération de la république »  : […] Le journalisme, le centre intellectuel de l' Ateneo , que domine l'autorité d'hommes tels que Manuel Azaña, sont en pleine effervescence. Tout est prêt pour une nouvelle vague d'écrivains et de poètes. Ce seront : le paradoxal catholique José Bergamín ; Pedro Salinas, poète de l'intimité, humaniste d'esprit ouvert et ingénieux, le critique et professeur Damaso Alonso ; trois poètes dont l'excepti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14828

VALLEJO CÉSAR (1892-1938)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 391 mots

Dans le chapitre « « Je suis né un jour où Dieu était malade » »  : […] César Vallejo naquit à Santiago de Chuco, petite ville de la cordillère péruvienne. Après des études secondaires à Huamachuco, il s'inscrit aux universités de Trujillo et de Lima, tout en travaillant pour gagner sa vie. Dès 1917, il se mêle aux milieux bohèmes et intellectuels de la capitale, où il se lie avec V. R. Haya de La Torre et J. C. Mariátegui. Les Hérauts noirs ( Los Heraldos negros, 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-vallejo/#i_14828

Pour citer l’article

Florence DELAY, « BERGAMÍN JOSÉ - (1895-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-bergamin/