GÓMEZ DE LA SERNA RAMÓN (1888-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce fut l'un des plus grands joueurs de mots que l'Espagne ait produit que Ramón Gómez de la Serna, dit Ramón. Dilapidant parfois son talent en romans, mais le regagnant tout aussitôt en quelques phrases, sa fécondité fut comparée à celle de Lope de Vega et ses facultés d'invention au génie créateur de Picasso.

Madrilène de naissance, Ramón passa la plus grande partie de sa vie à le devenir par vocation. À partir de la guerre civile, sans avoir jamais pris publiquement position, il vécut à Buenos Aires où il mourut. Mais c'est Madrid qu'il a explorée, conquise et représentée, dans les années vingt, pour tous ceux qui sont venus, de près ou de loin, le voir assis à sa table du café Pombo, entouré de sa tertulia, dont la conversation, les rites, les jeux et les proclamations sont aujourd'hui entrés dans l'histoire littéraire, tout comme la tour de marbre emplie d'objets bizarres qu'il habitait au centre de la capitale, variante surréaliste de la tour d'ivoire. « Il sort parfois de son appartement et de sa vie purement intimiste, a-t-il écrit de lui-même, pour donner des conférences en excentricité », juché sur un trapèze, un réverbère à gaz ou un éléphant. Car il parle, ou il écrit, sans arrêt : du théâtre, El teatro en soledad (Théâtre en solitude), drame dans le drame ; des romans comme El doctor inverosímil (1914-1921) ou El torero Caracho (1926), de faux romans (Seis falsas novelas, 1926) ; des nouvelles ; des critiques ; des essais, tel l'Ensayo sobre lo cursi (1931, Essai sur le ridicule) ; des lettres souvent adressées à lui-même ; des préfaces à des traductions, de Nerval à Lautréamont ; des portraits d'écrivains, de rues et de places ; le Guía del Rastro (1915), un guide du marché aux puces madrilène ; des livres d'art, de son Goya (1928) à son Gutiérrez Solana (1944) en passant par Ismos (1931) ; des biographies, d'Oscar Wilde, de Quevedo ; une autobiographie intitulée Automoribundia (1955). Mais, s'il cultiva tant de genres, il n'en créa qu'un seul : la greguería.

Groupées autour d'un thème comme dans El Circo (1923), le plus souvent publiées telles quelles, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à l'U.E.R. de littérature générale et comparée de l'université Paris-III, agrégée d'espagnol

Classification


Autres références

«  GÓMEZ DE LA SERNA RAMÓN (1888-1963)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouveaux maîtres à penser »  : […] Ganivet était l'ami de Miguel de Unamuno (1864-1936), le maître de la génération de 1898 et l'une des figures capitales de l'Espagne, devenue légende à cause de sa carrière passionnée de lutteur, sa gloire de recteur de l'université de Salamanque, son exil sous Primo de Rivera, son retour triomphal à l'avènement de la république, sa mort solitaire lors de l'entrée des franquistes à Salamanque. Ay […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_5707

Pour citer l’article

Florence DELAY, « GÓMEZ DE LA SERNA RAMÓN - (1888-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-gomez-de-la-serna/