OTEIZA JORGE (1908-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et l'œuvre du sculpteur Jorge Oteiza sont un modèle d'engagement artistique. Né le 21 octobre 1908 à Orio, au Pays basque espagnol, Jorge Oteiza Embil (mort le 9 avril 2003 à Saint-Sébastien) commence à sculpter en autodidacte à la fin des années 1920. Ses premières œuvres s'apparentent à celles de Constantin Brancusi et de Jacob Epstein par leur aspect primitif ; cependant, le sculpteur conserve une affection particulière pour les plans et angles droits, ce qui le rapproche du mouvement postcubiste. À l'approche de la guerre civile, en 1935, il part pour l'Amérique latine (Argentine, Chili, Colombie, Pérou), où il restera plus de treize ans. Durant cette période, il sculpte peu mais enseigne, écrit et étudie la statuaire précolombienne. À son retour en 1948, il s'installe à Bilbao et, l'année suivante, participe au Salon de Los Once, aux côtés de Joaquín Torrès Garcia, Joan Miró et Salvador Dalí. Certaines sculptures, comme Guerriers (1950), rappellent fortement celles de l'Anglais Henry Moore. L'étude de la silhouette humaine amène Oteiza vers des formes de plus en plus abstraites. En 1951, il décore la façade de la basilique d'Aránzazu, mais, confronté à de multiples difficultés d'ordre religieux et politique, il n'achèvera ses sculptures qu'en 1969.

À partir du milieu des années 1950, Oteiza délaisse les composantes figuratives de la sculpture pour s'intéresser au discours interne qui sous-tend l'œuvre, à partir du cylindre, de la sphère et du cube. En peu de temps (1955-1959), il développe une œuvre d'une grande pureté poétique, qui atteint son point culminant en 1957, année où il obtient le grand prix de sculpture à la biennale de São Paulo. Sa conception d'un espace aussi présent que la masse solide lui permet de travailler le vide comme de la matière. Il utilise le vocabulaire des constructivistes russes et de Malévitch. La sculpture qu'il réalise s'effectue non par évidement ou fission, mais par fusion d'unités formelles légères. L'emploi du fer (plutôt que de la pierre) lui permet une plus grand [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art, attachée de conservation au musée d'Art moderne, Lille Métropole

Classification

Pour citer l’article

Valérie VERGEZ, « OTEIZA JORGE - (1908-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-oteiza/