KAUFMANN JONAS (1969- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« D'un raccourci familier, on pourrait dire que Kaufmann est le „deux-en-un“ de la voix mâle : aigus projetés et couleur sombrée, exploit du forçage vocal propre à la tessiture de ténor – celui-là même qui dresse l'épiderme quand arrive le contre-ut – et style suprêmement intérieur – ce qu'on aime chez nos grands barytons, cette noblesse élégante et pudique. [...] Plus qu'un grand ténor, un grand, très grand musicien. » (Chantal Cazaux, in L'Avant-Scène Opéra, 2010). Le ténor allemand Jonas Kaufmann possède effectivement une technique extraordinaire. Il sait mettre son immense talent au service des répertoires les plus divers – allemand, français et italien –, et transmettre à chaque fois avec charisme une vaste palette d'émotions.

Né le 10 juillet 1969, à Munich, Jonas Kaufmann grandit dans une famille de mélomanes qui ne comprend cependant aucun musicien professionnel : sa mère est institutrice en maternelle, son père travaille pour une compagnie d'assurances. Dès son plus jeune âge, il développe pour la musique classique un penchant qu'il cultive en écoutant des disques et en assistant aux spectacles pour enfants organisés à la Bayerische Staatsoper de sa ville natale. Il débute l'étude du piano vers l'âge de huit ans, mais ne se montre pas particulièrement attaché à cet instrument. Il est en revanche captivé chaque fois que son grand-père se met au clavier pour interpréter tout en chantant différents rôles d'opéras de Wagner. Ce sont ces moments qui feront naître chez le jeune Kaufmann la vocation de chanteur d'opéra.

Durant sa scolarité primaire et secondaire, Jonas Kaufmann se produit au sein de chœurs. Quand vient l'heure de s'inscrire à l'université, il suit cependant le conseil de ses parents et opte pour un cursus de mathématiques. Après deux semestres seulement, il se rend compte qu'il n'a pas choisi la bonne voie. Il passe alors, avec succès, une audition à la Hochschule für Musik und Theater de Munich ; c'est là qu'il reçoit sa première véritable formation de chanteur de concert et d'opéra. Il interprète durant ses études quelques petits rôles dans des productions locales puis, dès l'obtention de son diplôme, en 1994, il commence à se produire sur les scènes d'opéra allemandes. En 1997, Giorgio Strehler appelle le jeune chanteur au Piccolo Teatro de Milan, pour sa production de Così fan tutte de Mozart (rôle de Ferrando).

En Allemagne, Jonas Kaufmann entame une collaboration avec le pianiste accompagnateur Helmut Deutsch, avec qui il donne de nombreux récitals de lieder dans le monde entier, et enregistre plusieurs albums. En 2000, le ténor accepte un poste permanent à l'Opéra de Zurich, structure qui lui offre la possibilité d'endosser une grande variété de rôles tout en lui laissant suffisamment de temps libre pour accepter des engagements à l'étranger. L'année suivante, Jonas Kaufmann se produit pour la première fois aux États-Unis, incarnant Cassio (Otello de Verdi) au Lyric Opera de Chicago, rôle qu'il reprendra à l'Opéra de Paris en 2004. En 2003, il chante Belmonte (L'Enlèvement au sérail de Mozart) au festival de Salzbourg. En 2004, il débute au Covent Garden de Londres (Ruggero, La Rondine de Puccini). Sa carrière prend véritablement son essor deux ans plus tard, lorsqu'il débute au Metropolitan Opera de New York, dans le rôle d'Alfredo (La Traviata de Verdi). L'enthousiasme que suscite sa prestation déclenche une série de propositions venant du monde entier, et fait du ténor allemand l'un des plus prisés de la scène opératique.

Jonas Kaufmann incarne dès lors les rôles principaux dans les plus grandes salles d'opéra. Il enregistre des albums d'airs d'opéra, parmi lesquels Romantic Arias (2008, Grand Prix du disque en France) et Sehnsucht (2009). Le chanteur donne également de nombreux récitals de lieder, comme en témoignent les enregistrements Strauss Lieder (2006), Die schöne Müllerin de Schubert (2009) et Kaufmann : Wagner (2013).

En 2008, il incarne Florestan (Fidelio de Beethoven) à l'Opéra-Garnier de Paris. Le 7 décembre 2009, il inaugure la nouvelle saison de la Scala de Milan, interprétant Don José (Carmen de Bizet) sous la baguette de Daniel Barenboim. En 2010, son interprétation du rôle-titre de Werther de Massenet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Virginia GORLINSKI, « KAUFMANN JONAS (1969- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jonas-kaufmann/