SCHRIEFFER JOHN ROBERT (1931-    )

Né le 31 mai 1931 à Oak Park (Illinois), John Robert Schrieffer fait ses études universitaires au Massachusetts Institute of Technology puis à l'université de l'Illinois, où il développe en 1957 avec John Bardeen (déjà Prix Nobel de physique en 1956 pour l'invention du transistor) et Leon N. Cooper la théorie B.C.S. (selon les initiales de Bardeen, Cooper et Schrieffer) de la supraconductivité, ce qui leur vaut de partager le prix Nobel de physique en 1972. Il rejoignit l'université de Pennsylvanie à Philadelphie en 1962, puis celle de Californie à Santa Barbara en 1980 et, enfin, l'université d'État de Floride en 1992, continuant à travailler sur la dynamique des électrons dans les solides.

John Schrieffer

John Schrieffer

photographie

John Robert Schrieffer, physicien américain, lauréat du prix Nobel de physique en 1972, avec Bardeen et Cooper, pour la théorie de la supraconductivité. 

Crédits : The Nobel Foundation

Afficher

La supraconductivité – disparition spectaculaire à basse température de la résistance au passage d'un courant électrique dans un matériau métallique – fut découverte dès 1911 par le physicien néerlandais Kamerlingh Onnes (Prix Nobel de physique 1913). En 1956, Cooper démontra théoriquement que les électrons d'un conducteur peuvent agir en paires liées (appelées depuis paires de Cooper). Le mécanisme proposé par Bardeen, Cooper et Schrieffer décrit le système électronique en termes de ces paires d'électrons de vitesse et de moment cinétique intrinsèques opposés ; ces paires se forment à cause des vibrations du réseau ionique sous-jacent et s'étalent dans l'espace sur quelques milliers de distances atomiques. Ainsi, et de façon quelque peu paradoxale, la distance entre deux paires est bien plus petite que la taille de chacune. Par une approche novatrice sur le plan conceptuel, cette théorie permet de calculer toutes les propriétés connues des supraconducteurs. Elle prédit également de nombreux faits expérimentaux, découverts ensuite ; l'existence de composés supraconducteurs à haute température se révéla néanmoins comme une surprise lorsqu'elle fut découverte à la fin des années 1980.

—  Bernard PIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  SCHRIEFFER JOHN ROBERT (1931- )  » est également traité dans :

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 778 mots
  •  • 13 médias

John Bardeen, Leon N. Cooper et John R. Schrieffer (B.C.S.) pour la théorie microscopique de la supraconductivité ; en 1973, à Ivar Giaever pour la mise en évidence directe de cette théorie et à Brian D. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_43583

SUPRACONDUCTIVITÉ CONVENTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 705 mots
  •  • 1 média

B.C.S., développée en 1957 par John Bardeen, Leon Cooper et John Schrieffer. Selon cette théorie, le comportement particulier des électrons susceptibles de faire circuler un courant électrique dans ces solides est dû à leur appariement, les paires d’électrons interagissant comme des particules élémentaires avec des phonons, ces quasi-particules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite-conventionnelle/#i_43583

THÉORIE DE LA SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 119 mots
  •  • 1 média

Découverte sur un échantillon de mercure par le physicien néerlandais Kamerlingh Onnes en 1911, la propriété qu'ont certains éléments de n'opposer aucune résistance au passage d'un courant électrique à température suffisamment basse est comprise en 1957 par les physiciens américains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-supraconductivite/#i_43583

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « SCHRIEFFER JOHN ROBERT (1931-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-robert-schrieffer/