KEBLE JOHN (1792-1866)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ecclésiastique, théologien et poète anglais, John Keble est né le 25 avril 1792 à Fairford (Gloucestershire) et mort le 29 mars 1866 à Bournemouth (Hampshire). Ordonné pasteur anglican en 1816, il suit son cursus à l'université d'Oxford, où il sera directeur d'études de 1818 à 1823. Il quitte ensuite ses fonctions pour assister son père, lui-même révérend, dans sa paroisse. En 1827, il publie The Christian Year (L'Année chrétienne), un recueil de poèmes pour les offices dominicaux et les solennités de l'année religieuse. Par sa très large diffusion, cet ouvrage contribue plus que tout autre vecteur à la propagation des idées de la High Church ou courant anglo-catholique.

John Keble occupe la chaire de poésie à l'université d'Oxford de 1831 à 1841. Mais c'est en 1833 qu'il se forge une renommée en tant que l'un des dirigeants du mouvement d'Oxford, dont on fait remonter l'origine au sermon sur l'apostasie nationale (On National Apostasy) qu'il prononce le 14 juillet de cette année-là à la chapelle de l'université. Basé à Oxford, le mouvement entend avant tout réagir aux tentatives du gouvernement de faire main basse sur les fonds et biens de l'Église. Mais, s'ouvrant peu à peu à des préoccupations théologiques et pastorales d'ordre plus général, il vise bientôt à faire renouer l'anglicanisme avec les idéaux de son héritage catholique de la fin du xviie siècle. John Keble rédige neuf des quatre-vingt dix Tracts for the Times (pamphlets) que publie le mouvement d'Oxford dans le but de faire renoncer le clergé anglican à la conception d'une Église placée sous la tutelle de l'État. Ces tracts valent aux porte-drapeaux du mouvement le nom de « tractariens ». Ceux-ci font traduire et éditent les écrits des premiers Pères de l'Église dont ils prônent l'étude. Lorsqu'en 1845 la conversion au catholicisme romain de John Henry Newman menace le mouvement d'Oxford, c'est à l'opiniâtreté de John Keble et de E. B. Pusey que celui-ci devra sa pérennité.

Pasteur de campagne à Hursley de 1836 jusqu'à la fin de sa vie, John Keble est passé à la postérité tant pour ses poèmes lyriques que pour son rôle éminent dans le mouvement tractarien. Son œuvre versifiée compte notamment The Psalter (Le Psautier) ou Psalms of David (Les Psaumes de David), paru en 1839, Lyra Innocentium (La Lyre de l'innocence), recueil de poèmes destiné aux enfants publié en 1846, ainsi que bon nombre de cantiques, dont O God of mercy, God of might (« Ô Dieu de miséricorde, Ô Dieu de puissance »). En 1869, l'université d'Oxford inaugurera en son honneur le Keble College.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  KEBLE JOHN (1792-1866)  » est également traité dans :

OXFORD MOUVEMENT D'

  • Écrit par 
  • Maurice NÉDONCELLE
  •  • 1 534 mots

Mouvement d'idées qui s'est produit dans l'Église anglicane au xixe siècle et qui a eu pour but d'y raviver les éléments catholiques de sa tradition sans lui retirer pourtant son indépendance à l'égard de la papauté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-d-oxford/#i_87494

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 872 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Progrès et crises »  : […] de grandes réformes internes (disciplinaires et matérielles) entre 1839 et 1841 ; John Keble, théologien d'Oxford, a dénoncé en 1833 l'« apostasie nationale » et, sous son autorité d'abord, puis sous la conduite de E. B. Pusey et J. H. Newman, le mouvement d'Oxford publie les brochures, ou Tracts (d'où le nom de « tractariens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_87494

Pour citer l’article

« KEBLE JOHN - (1792-1866) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-keble/