VAN VLECK JOHN HASBROUCK (1899-1980)

Né le 13 mars 1899 à Middletown dans le Connecticut et mort le 27 octobre 1980 à Cambridge (Massachusetts), John Hasbrouck Van Vleck est fils et petit-fils de professeurs d'université. En 1922, après des études à l'université du Wisconsin, à Madison, il passe sa thèse à Harvard sur l'énergie de liaison de l'atome d'hélium dans le cadre d'un modèle de Niels Bohr, qui augurait de la future mécanique quantique. Il rejoint un an plus tard l'université du Minnesota et commence alors des études sur le magnétisme qui le rendirent célèbre. Nommé professeur à l'université du Wisconsin en 1928, puis à Harvard en 1934, il y enseigna jusqu'en 1969.

La compréhension quantique du magnétisme des solides, initiée par Niels Bohr, commença réellement lorsque, en 1932, Van Vleck put calculer le nombre de magnétons portés par les atomes paramagnétiques du groupe des terres rares, et rendit ainsi compte des faits observés. Ses travaux sur le couplage entre les moments magnétiques et le réseau cristallin et ceux sur les mécanismes dissipatifs dans les diélectriques ne sont que quelques facettes d'une œuvre théorique considérable couvrant la plupart des aspects du magnétisme. Il introduisit par exemple le concept de susceptibilité paramagnétique indépendante de la température et remarqua l'importance des corrélations électroniques dans l'apparition de moments magnétiques locaux dans les métaux.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Van Vleck participa à l'effort de développement des radars et montra en particulier que les molécules d'eau et celles d'oxygène présentes dans l'atmosphère absorbent les rayonnements de longueur d'onde 1,25 cm et 0,5 cm, ce qui sera d'une grande importance pour le développement de la radioastronomie.

Van Vleck partagea le prix Nobel de physique en 1977 avec Philip Anderson et Nevill Mott pour leurs contributions théoriques à l'étude des systèmes magnétiques ou désordonnés.

—  Bernard PIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  VAN VLECK JOHN HASBROUCK (1899-1980)  » est également traité dans :

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 770 mots
  •  • 19 médias

Une seconde génération de physiciens complète l'œuvre de ces pionniers : parmi eux, John Hasbrouck Van Vleck établit, en 1932, la théorie quantique définitive du diamagnétisme et du paramagnétisme ; en 1928, Werner Heisenberg découvre dans les échanges électroniques interatomiques l'origine des interactions ferromagnétiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_14497

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « VAN VLECK JOHN HASBROUCK - (1899-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-hasbrouck-van-vleck/