BORGEN JOHAN (1902-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain norvégien né le 28 avril 1902 à Kristiania (auj. Oslo), mort le 16 octobre 1979 à Hvaler.

Né dans une famille de la grande bourgeoisie, Johan Collet Müller Borgen lui-même est cependant souvent considéré comme appartenant à la gauche radicale malgré son absence d'activisme politique. Il débute sa carrière littéraire avec un recueil de nouvelles intitulées Mot mørket (1925 ; « Du côté de l'ombre »), et poursuit cet exercice de style avec brio. Les recueils Noveller om kjærlighet (1952 ; « Histoires d'amour ») et Noveller i utvalg (1961 ; Le Cygne) rencontrent ainsi un grand succès à la fois auprès du public et de la critique.

Borgen l'un des écrivains les plus importants de la Norvège du xxe siècle avec son œuvre maîtresse, une fresque romanesque en trois parties, Lillelord (1955 ; Lillelord, 1985), De mørke kilder (1956 ; « Les sources sombres ») et Vi har ham nå (1957 ; « Ça y est, on l'a »), les deux derniers tomes n'étant pas encore traduits en français. Borgen y dépeint la vie d'une famille bourgeoise norvégienne de 1917 jusqu'après la Seconde Guerre mondiale. À travers son héros, Wilfred Sagen, il dresse un portrait pénétrant de l'aliénation et de l'insatisfaction qui ont conduit certains individus à collaborer avec les nazis pendant la guerre. La triologie de Borgen offre également une étude d'époque via des instantanés de la vie d'artiste à Copenhague et à Paris ainsi qu'une étude psychologique intéressante.

Dans les romans plus expérimentaux qui suivront, Borgen continue de créer des fictions traitant des thèmes de l'aliénation et de l'identité. Ainsi de Jeg (1959 ; « Moi »), Blåtind (1964 ; « Pic bleu ») ou Den røde tåken (1967 ; « La Brume rouge »).

Borgen écrit aussi des pièces de théâtre, et développe un talent particulier pour les textes courts et incisifs au fil de sa longue carrière. Son recueil Nye noveller (1965 ; « Nouvelles Histoires ») lui vaut le grand prix de littérature du Conseil nordique en 1967. De 1954 à 1959, il devient rédacteur en chef de la revue Vinduet. Borgen se distingue également par ses talents de critique littéraire, capable de communiquer son enthousiasme pour un livre à travers des analyses lucides, et de s'interroger au sujet du poids de la tradition littéraire sur les auteurs modernes. Il profite de cette activité pour faire découvrir de nombreux auteurs étrangers aux lecteurs norvégiens, avec une prédilection pour la littérature danoise.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BORGEN JOHAN (1902-1980)  » est également traité dans :

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 726 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Entre engagement politique et tradition »  : […] 1964 ; Norsk Røst, 1944, Voix norvégienne) et le romancier Johan Borgen (1902-1980) uniquement préoccupé d'arracher l'individu au conformisme (Natt og dag, Nuit et jour, nouvelles publiées en 1954), Vesaas représente bien l'éternelle Norvège, sans doute ouverte à toutes les faces de l'esprit, mais ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_96131

Pour citer l’article

« BORGEN JOHAN - (1902-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johan-borgen/