FRAZIER JOE (1944-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le boxeur américain Joe Frazier, né le 12 janvier 1944 à Beaumont (Caroline du Sud), fut champion olympique des poids lourds en 1964, puis champion du monde chez les professionnels de 1970 à 1973. Ce pugiliste à la puissance exceptionnelle, dont le crochet du gauche était redoutable, fut surtout le grand rival de Muhammad Ali. Leurs trois combats très médiatisés restent dans toutes les mémoires. En outre, leurs affrontements dépassèrent le cadre du sport, et Frazier fut autant blessé par les mots durs d’Ali à son égard – il le qualifia notamment d’Oncle Tom vendu aux Blancs – que par les coups reçus sur le ring. Toute sa vie, Joe Frazier souffrira de cette haine aussi tenace que factice.

Joe Frazier, dernier d’une famille de douze enfants, est contraint dès son plus jeune âge d’effectuer de petits travaux pour apporter quelques subsides à la famille – ses parents sont des fermiers qui vivent dans la misère ou presque. Le jeune garçon connaît en outre les affres de la ségrégation raciale dans le Sud profond. Il quitte l’école dès l’âge de treize ans, et s’éloigne de ce Sud raciste en 1958. Il part pour New York, puis il s’installe à Philadelphie, où il trouve un emploi aux abattoirs. À partir de 1961, il fréquente assidûment le gymnase pour perdre quelques kilos. Là, il s’initie à la boxe, sous la houlette du manager Yancey Durham : impressionné par la carrure du jeune homme, celui-ci pense tenir un futur champion ; il lui enseigne le métier et lui donne un surnom qui lui restera, « Smoking Joe ». Joe Frazier remporte les Golden Gloves (« Gants d’or »), une prestigieuse distinction pour les boxeurs amateurs américains, en 1962, 1963 et 1964. Pourtant, il n’aurait pas dû participer aux jeux Olympiques de Tōkyō en 1964. En effet, il est battu lors du tournoi qualificatif par Buster Mathis. Mais ce dernier, blessé, se voit contraint de déclarer forfait. Joe Frazier sait prendre sa chance et remporte la médaille d’or chez les poids lourds en battant l’Allemand Hans Huber en finale.

Le boxing-business comprend vite que le champion olympique pourrait faire malheur chez les professionnels, dans cette catégorie des poids lourds où personne ne semble alors en mesure de rivaliser avec Muhammad Ali. Des affairistes créent en 1965 une société par actions autour du nom de Joe Frazier, les investissements étant destinés à payer l’entraînement du boxeur. Les actionnaires rentabiliseront rapidement leur mise. Joe Frazier enchaîne en effet les succès : ce champion de taille assez modeste (1,82 m) sait épuiser ses rivaux dans de terribles séances de corps-à-corps, puis il fait parler sa puissance et fracasse ses adversaires, le plus souvent grâce à son crochet du gauche.

La donne change rapidement dans la catégorie des poids lourds : Muhammad Ali, qui a refusé de « faire la guerre des Blancs au Vietnam », a été déchu de son titre en 1967. Jimmy Ellis, vainqueur de Jerry Quarry en 1968, est devenu champion du monde à sa place. Joe Frazier conquiert le titre le 16 janvier 1970 en dominant ce dernier. Muhammad Ali de retour sur les rings, il s'agit de savoir qui est le « vrai » champion du monde des poids lourds. Le match, qualifié par les médias de « combat du siècle », une expression qui sera maintes fois galvaudée par la suite mais qui prend là toute sa substance, se déroule le 8 mars 1971 au Madison Square Garden de New York. Avant la rencontre, pour laquelle les deux pugilistes touchent une bourse record de 2,5 millions de dollars, les insultes pleuvent : Ali traite son rival – qui avait pourtant demandé au président Richard Nixon de lever la suspension du « Greatest » – d’Oncle Tom vendu aux Blancs. Mais, sur le ring, alors que Muhammad Ali virevolte autour de son adversaire, dans son style habituel, Joe Frazier fait parler sa puissance : il envoie son adversaire au tapis à la quinzième et dernière reprise et gagne le match aux points. Muhammad Ali connaît pour la première fois la défaite.

Joe Frazier contre Muhammad Ali, 1971

Photographie : Joe Frazier contre Muhammad Ali, 1971

Le boxeur américain Joe Frazier (à droite), champion du monde des poids lourds, bat Muhammad Ali, le 8 mars 1971 au Madison Square Garden de New York. Les chroniqueurs de l'époque qualifièrent ce match de « combat du siècle ». 

Crédits : David Hume Kennerly/ Bettmann/Corbis/ Getty Images

Afficher

Tout le boxing-business attend bien sûr la revanche, mais Joe Frazier perd sa couronne le 22 janvier 1973, contre George Foreman, qui l’expédie six fois au tapis en deux rounds. Battu une première fois par Ali le 28 janvier 1974, Joe Frazier connaît de nouveau la défaite face au « Greatest », titre en jeu cette fois, le 1er octobre 1975 à Manille. Ce combat, connu sous l'expression Thrilla in Manila, fut l’un des plus v [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  FRAZIER JOE (1944-2011)  » est également traité dans :

ALI MUHAMMAD, CASSIUS CLAY puis (1942-2016)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 048 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La reconquête du titre »  : […] Sa pénitence s'achève le 20 juin 1970 : la Cour suprême de l'État de New York annule le jugement qui avait condamné Ali – non parce que son bon droit est reconnu, mais parce que le FBI avait procédé à des écoutes illégales. Il récupère sa licence et peut de nouveau boxer. À la fin de 1970, il retrouve les rings et défait deux boxeurs de bon niveau, Jerry Quarry puis Oscar Bonavena. Durant sa longu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « FRAZIER JOE - (1944-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joe-frazier/