VERCOUTTER JEAN (1911-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 20 janvier 1911 à Lambersart (près de Lille), Jean Vercoutter s'initie à l'égyptologie auprès d'A. Moret, de Raymond Weill et de Gustave Lefebvre, le maître très rigoureux de la grammaire hiéroglyphique ; en 1939, il est diplômé de la IVe section de l'École pratique des hautes études avec une thèse sur « Les Objets égyptiens et égyptisants du mobilier funéraire carthaginois ». Mobilisé en Alsace et fait prisonnier, il est rapatrié en 1941 et nommé chargé de mission au musée du Louvre. Pensionnaire à l'Institut français d'archéologie orientale du Caire de 1945 à 1949, il participe aux fouilles de Karnak et dirige celles de Tod. À son retour en France, il entre au C.N.R.S. (1949-1955). Durant ces années, il a effectué des recherches sur les relations entre Égyptiens et Préhellènes ; avec autant d'érudition que de prudence critique, il dégage des sources égyptiennes des conclusions fermes et pondérées, fournissant une documentation et des éléments de réflexion d'importance sur ces deux grandes civilisations : la pharaonique et la crétoise (relayée par Mycènes) ; c'est pourquoi les hellénistes lui savent gré d'une contribution fondamentale à notre connaissance de la Méditerranée du IIe millénaire avant notre ère.

Jean Vercoutter a également pris conscience de l'intérêt exceptionnel que présentent les rapports de l'Égypte avec une Afrique plus profonde : il s'intéresse aux vestiges conservés dans l'actuel Soudan ; avec les fouilles de Kor (près de Bouhen) en 1953-1954, puis de l'île de Saï (en amont de la deuxième cataracte) à partir de 1954, il s'engage en des territoires mal connus où, jusqu'alors, peu de chercheurs s'étaient aventurés. Sur cette haute vallée du Nil, Jean Vercoutter allait ainsi reprendre la tradition de Frédéric Cailliaud de Nantes, dont l'expédition de 1821 demeure célèbre. Il faut avoir traversé les solitudes de la Nubie et du Soudan, les immenses étendues de désert, les énormes barrages rocheux qui constituent les « cataractes » pour mesurer ce qu'u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  VERCOUTTER JEAN (1911-2000)  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 480 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Archéologie du Soudan »  : […] ; cet énorme massif de briques crues, où l'on reconnaît plusieurs périodes de construction, semble avoir eu une destination religieuse. Un autre site de la culture Kerma réside dans l'île de Saï : une grande nécropole et une agglomération ont été fouillées par une mission française, dirigée d'abord par J. Vercoutter, puis par B. Gratien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_28615

Pour citer l’article

Jean LECLANT, « VERCOUTTER JEAN - (1911-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-vercoutter/