PUY JEAN (1876-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Très vite, Jean Puy, ce peintre au caractère vif, aime les couleurs franches. À vingt-quatre ans, il se met à fréquenter l'académie Carrière, où l'on peut peindre « suivant son propre désir et son propre tempérament ». Il y rencontre notamment Laprade, Derain et Matisse et il est tout de suite intéressé par les recherches et par la personnalité de ce dernier. « Matisse, qui avait dépassé la trentième année, était l'élément entraînant qui suscitait les élans, et nous écoutions avec plaisir et discutions ses idées et ses explications. » (« Souvenirs » par Jean Puy, in Le Point, no consacré à Matisse, juillet 1939.) Ils se lient d'amitié, et Matisse gardera toute sa vie, avant d'en faire don au musée national d'Art moderne de Paris, ce paysage de Saint-Alban-les-Eaux, peint par Jean Puy vers 1903-1904. Cela se passe avant l'exposition du Salon d'automne de 1905, où étaient réunis autour de Matisse et de Derain ceux qui, pour la violence de leurs couleurs, allaient être appelés les fauves. Puy en était. Mais un feu porté si haut devait s'éteindre vite, et le groupe se dispersa rapidement. Jean Puy poursuit alors sa peinture à lui, claire, vibrante, en Bretagne, en Savoie, dans son Centre natal. Ses marines, au format étiré en largeur, sont très lumineuses. Le dessin, parfois aigu, est toujours perceptible sous la couleur. Il demeure précis dans ses nus (« La jeunesse, la grâce, une certaine sexualité légère et émouvante me semblent désirables dans la représentation du nu »), tableaux très expressifs de la sensualité d'un peintre plus attaché à la sensation directe et spontanée de la nature qu'à toute forme de transposition.

—  Antoine TERRASSE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PUY JEAN (1876-1960)  » est également traité dans :

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Moreau à l'École des beaux-arts, où Rouault, Matisse, Marquet, Camoin, Manguin, Puy et quelques autres devaient nouer des relations durables. En 1898, Derain rencontre Matisse et Puy dans une petite académie libre où Carrière venait corriger de temps à autre et, en 1900, débute entre Derain et Vlaminck une amitié que le tempérament violent des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/#i_14202

Pour citer l’article

Antoine TERRASSE, « PUY JEAN - (1876-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-puy/