MAITRON JEAN (1910-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des fondateurs de l'histoire ouvrière, celui qui a le plus agi pour qu'en France, comme en Angleterre ou en Allemagne, cette histoire, longtemps maudite, se voie reconnaître un statut scientifique, Jean Maitron, né dans la Nièvre en 1910, est mort à Paris le 16 novembre 1987.

Peut-être est-ce son expérience politique, à la fois héritée et vécue, ainsi que le caractère atypique de sa carrière dans le milieu universitaire français qui lui ont permis de jouer un rôle à la fois pionnier et fédérateur, aujourd'hui reconnu par tous. Comme il l'a rappelé dans l'avant-propos de son ouvrage Paul Delesalle, réédité en 1985, son tempérament et ses choix doivent beaucoup au milieu familial ; un grand-père cordonnier à La Charité-sur-Loire, anticlérical et républicain, patriote et communard, ami de Louise Michel ; un père instituteur, marié à une institutrice, abonné à L'Humanité et « de sentiments anarchistes », syndicaliste et révolté. Dès que Jean Maitron, fils de Marius, arrive à Paris en 1930, son sens de la contestation, son admiration pour la jeune Union soviétique, son goût profond pour l'organisation orientent cet instituteur de vingt ans vers le Parti communiste. Le militantisme au sens traditionnel du terme emplit sa vie jusqu'à la guerre. Communiste, il veut voir par lui-même l'U.R.S.S. en août 1933, 1'Allemagne de décembre 1933 à juin 1934. À son retour d'Union soviétique, il adhère quelque temps à la Ligue communiste, d'inspiration trotskiste. À son retour d'Allemagne, il réintègre le parti avec l'aide de Marcel Cachin et devient secrétaire national du Comité de lutte contre les bagnes d'enfants.

C'est le pacte germano-soviétique qui le rejette définitivement hors du P.C.F. et le conduit à se rapprocher durablement de l'équipe qui animait La Révolution prolétarienne : Maurice Chambelland, Pierre Monatte, Alfred Rosmer.

C'est pendant la guerre qu'il commence à transférer sur l'histoire ouvrière ses espérances politiques déçues, mais non reniées. Sa thèse sur Le Mouvement anarchiste en France, dirigée par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Madeleine REBÉRIOUX, « MAITRON JEAN - (1910-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-maitron/