DEHAENE JEAN-LUC (1940-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique belge, Premier ministre du royaume de 1992 à 1999.

Jean-Luc Joseph Marie Dehaene naît le 7 août 1940 à Montpellier, dans une famille néerlandophone qui a fui son pays devant l’invasion allemande. La famille rentre par la suite en Belgique, où Dehaene étudie l’économie à l’Université catholique de Louvain et obtient un diplôme de droit (1963) de l’université de Namur. Il rejoint le Parti social-chrétien flamand (Christelijke Volkspartij, C.V.P., qui deviendra, en 2001, le Christen-Democratisch en Vlaams, C.D.&V.) et occupe plusieurs postes dans les gouvernements des années 1970 et 1980, dont ceux de vice-Premier ministre et de ministre des Communications (1988-1992).

À l’issue des élections législatives de novembre 1991, il remplace Wilfried Martens au poste de Premier ministre en mars 1992. Jean-Luc Dehaene parvient à maintenir une coalition regroupant les quatre principales formations politiques belges, socialistes et sociaux-chrétiens francophones et néerlandophones, et effectue en 1993 une série de réformes constitutionnelles qui changent un pays profondément divisé en un État fédéral accordant plus d’autonomie aux régions. La fédéralisation était pour lui la seule façon de faire cohabiter sereinement Wallons et Flamands.

En février 1995, il convoque des élections anticipées afin d'obtenir, par un Parlement renouvelé, le vote du budget de rigueur nécessaire au respect des critères de convergence définis par l'Union européenne en vue d’établir la monnaie unique. Son second mandat est marqué principalement par l’affaire Dutroux, qui donne lieu à une « marche blanche » dans Bruxelles, en octobre 1996, à l’appel des familles d’enfants victimes de pédophiles. Il parvient à faire retomber la colère des Belges en engageant une réforme de la justice et de la police. Trois ans plus tard, il est confronté au scandale de la contamination par la dioxine d’animaux d’élevage, qui éclate en mai 1999. Jean-Luc Dehaene démissionne le 14 juin 1999.

Après les élections législatives de juin 2007 qui ouvriront une longue période de crise politique dans le royaume, le roi Albert II lui confie une mission de médiation (5-15 juillet) avant qu’un formateur, Yves Leterme, soit nommé. Au cours de sa carrière, il siège également à la Chambre des représentants de Belgique (1988-1995) et au Sénat (1983-1988 ; 1995-2001) et occupe la fonction de bourgmestre de Vilvorde de 2000 à 2007.

Parallèlement à sa carrière politique nationale, il est, en 1994, candidat à la présidence de l’Union européenne, mais ses prises de position en faveur de l’intégration européenne suscitent des inquiétudes au Royaume-Uni et le Premier ministre britannique John Major oppose son veto à sa désignation. Il est vice-président de la Convention sur l’avenir de l’Europe en 2002-2003 et se fait élire au Parlement européen en 2004 et en 2009 (groupe du Parti populaire européen). Il meurt le 15 mai 2014, au cours d’un séjour en Bretagne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« DEHAENE JEAN-LUC - (1940-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-luc-dehaene/