MARTENS WILFRIED (1936-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien Premier ministre du royaume de Belgique, Wilfried Martens a dirigé neuf gouvernements de 1979 à 1992. Mais il fut d'abord un militant flamand.

Né le 19 avril 1936 à Sleidinge, Wilfried Martens suit des études de droit à l’université catholique de Louvain. Son engagement dans le mouvement flamand débuta dès ses années d'université. Il appartient à la génération qui opère la résurgence à visage découvert de ce mouvement, après les années d'expression discrète de l'immédiat après-guerre. La manifestation d'étudiants flamands protestant au cours de l'été de 1958 contre l'usage exclusif du français au pavillon de la République française à l'Exposition internationale et universelle de Bruxelles symbolise assez bien l'irruption de cette génération, qu'on retrouve au Vlaamse Volksbeweging (V.V.B., Mouvement populaire flamand) et au Vlaams Aktiekomitee voor Brussel en de Taalgrens (V.A.K., Comité d'action flamand pour Bruxelles et la frontière linguistique). Wilfried Martens est, à partir de 1960, membre du bureau du V.V.B., groupe de pression flamand pour une réforme fédérale de l'État, et présente le rapport politique à son congrès du 4 février 1962. Il est trésorier du V.A.K., qui organise en octobre 1961 et en octobre 1962 les « marches flamandes sur Bruxelles », manifestations de masse par lesquelles le mouvement flamand entend exercer une pression sur le monde politique et sur l'opinion à la veille de l'adoption d'une nouvelle législation sur l'emploi des langues.

Une autre période de sa carrière s'ouvre ensuite avec son engagement dans une formation politique. Il devient, en février 1967, président des C.V.P.-Jongeren (jeunes sociaux-chrétiens flamands) où il adopte une démarche visant au rapprochement ou à tout le moins au dialogue avec les jeunes socialistes flamands.

Il devient, le 4 mars 1972, président du Christelijke Volkspartij (C.V.P.), premier parti de Flandre (et de Belgique). Il est élu député de Gand le 10 mars 1974. Au cours des dél [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : président-directeur général du Centre de recherche et d'information sociopolitiques, Bruxelles

Classification

Autres références

«  MARTENS WILFRIED (1936-2013)  » est également traité dans :

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 984 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La consécration des asymétries »  : […] Après une loi de régionalisation préparatoire en 1974 et un grand compromis avorté en 1977-1978 (échec des accords Egmont-Stuyvenberg sur la réforme de l'État), une nouvelle révision de la Constitution a lieu en 1980, simultanément à l'adoption de lois de réformes institutionnelles. On parlera désormais de communautés et non plus de communautés culturelles, des compétences leur étant également at […] Lire la suite

Les derniers événements

Belgique. Formation d'un nouveau gouvernement. 6-11 mars 1992

de trois mois après les élections législatives du 24 novembre 1991. Wilfried Martens, qui a dirigé huit gouvernements depuis 1979, ne fait pas partie du nouveau cabinet, réduit à quinze membres. Le 9, Jean-Luc Dehaene présente son programme devant la Chambre des représentants. Il insiste […] Lire la suite

Belgique. Poussée de l'extrême droite en Flandre et des écologistes en Wallonie aux élections législatives. 24-25 novembre 1991

). Le 25, Wilfried Martens, Premier ministre (C.V.P.) sortant, remet sa démission au roi Baudouin. Ce dernier entame aussitôt les consultations nécessaires à la formation du nouveau gouvernement, mais refuse de recevoir les représentants du Vlaams Blok, dont l'intransigeance complique des tractations qui devraient durer plusieurs semaines. […] Lire la suite

Belgique. Huitième gouvernement Martens. 6-10 mai 1988

Le 6, le roi Baudouin charge Wilfried Martens de former le gouvernement. Laborieusement négocié pendant près de cinq mois, après les élections législatives du 13 décembre 1987 marquées par la victoire des socialistes francophones (P.S.) et la défaite des sociaux-chrétiens flamands (C.V.P […] Lire la suite

Belgique. Échec de Wilfried Martens aux élections. 13-18 décembre 1987

Le 13, les électeurs belges sont appelés à renouveler, par anticipation, les 212 sièges du Parlement, qui a été dissous après la démission, le 15 octobre, du gouvernement de coalition libéral-social-chrétienne de Wilfried Martens. La crise ayant eu pour origine le conflit linguistique, la nouvelle […] Lire la suite

Belgique. Nouveau cabinet Martens pour préparer une révision de la Constitution sur le problème linguistique. 15-19 octobre 1987

Le 15, Wilfried Martens présente au roi Baudouin la démission de son gouvernement, formé en novembre 1985. La pierre d'achoppement pour la coalition au pouvoir (sociaux-chrétiens, libéraux flamands et francophones) est, une fois encore, le conflit linguistique et, plus précisément, le cas […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier MABILLE, « MARTENS WILFRIED - (1936-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wilfried-martens/