LINDENMANN JEAN (1924-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le microbiologiste suisse Jean Lindenmann fut, en 1957, le codécouvreur (avec le bactériologiste britannique Alick Isaacs) des interférons, de petites molécules appartenant à la famille des cytokines. Les interférons participent au contrôle de la réponse immunitaire et « interférent » avec la réponse cellulaire à une infection par un virus (ou par une bactérie ou un autre agent pathogène) particulièrement en inhibant la réplication du virus. Du fait de leur toxicité, il a été malheureusement impossible de se servir des interférons comme médicaments antiviraux ; en revanche leurs propriétés d’immunomodulation les rendent utiles dans le traitement d’infections virales chroniques, de maladies auto-immunes et de certains cancers.

Jean Lindenmann est né le 18 septembre 1924 à Zagreb, dans le royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes (aujourd’hui en Croatie) d’un père suisse et d’une mère française. Il rejoint la Suisse dans sa petite enfance, y poursuit ses études et obtient un diplôme de docteur en médecine de l’université de Zurich en 1951, avant de faire un séjour postdoctoral (1952-1956) à l’Institut d’hygiène de l’université de Zurich. Il reçoit une bourse pour continuer ses recherches postdoctorales (1956-1957) au National Institute for Medical Research de Londres, où le travail qu’il effectue dans le laboratoire d’Isaacs les conduira à la découverte des interférons. Lindenmann, revenu à Zurich, où il se voit confier un poste d’enseignant à l’Institut d’hygiène, poursuit ses recherches sur les usages potentiels des interférons. Ses recherches sur l’infection des souris par la grippe l’amènent à conclure (non sans réticence, comme il l’admettra plus tard) que les interférons sont responsables des variations de sensibilité qu’il a trouvées entre des individus de même espèce et qu’ils agissent indirectement dans la défense contre le virus. Il a ainsi contribué, de la découverte aux usages médicaux des interférons, à l’évolution d’une branche nouvelle de l’immunologie, celle qui concerne le contrôle du système immunitaire par les cytokines.

Après avoir occupé brièvement des postes à l’Office fédéral de la santé publique (1960-1962), puis à l’université de Floride (1962-1964), il s’établit définitivement à Zurich en tant que professeur associé (1964-1969), professeur titulaire (1969-1980), directeur (1980-1982) de l’Institut d’immunologie et de virologie et professeur émérite (à partir de 1992). Il meurt le 15 janvier 2015 à Zurich.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« LINDENMANN JEAN - (1924-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lindenmann/