GÉRÔME JEAN LÉON (1824-1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Exécution du maréchal Ney, J. L. Gerôme

Exécution du maréchal Ney, J. L. Gerôme
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gerôme

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gerôme
Crédits : DEA / G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Bain mauresque, J. L. Gérôme

Bain mauresque, J. L. Gérôme
Crédits : AKG

photographie


Les honneurs dont a été couvert Gérôme, sa célébrité contrastent avec la défaveur qui suivit bientôt une carrière tard prolongée. Son hostilité à l'impressionnisme (il proteste en vain, en 1884, contre l'exposition Manet à l'École des beaux-arts où il professe, mène campagne en 1894-1895 contre le legs Caillebotte) devait assimiler à un « pompier » un artiste remarquablement doué qui a illustré, dans la seconde moitié du xixe siècle, cette tradition d'une peinture objective et réaliste qui connaît depuis les années 1970 un net regain d'intérêt. Il est significatif, à ce propos, que Gérôme n'ait cessé d'être apprécié aux États-Unis, patrie de l'hyperréalisme, où une importante exposition lui a d'ailleurs été consacrée en 1972-1973 (Dayton, Minneapolis, Baltimore).

Exécution du maréchal Ney, J. L. Gerôme

Exécution du maréchal Ney, J. L. Gerôme

photographie

Jean Léon GERÔME, Exécution du maréchal Ney. Sheffield Galleries and Museums Trust, Royaume-Uni. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Après avoir été l'élève de Delaroche, il présente au Salon de 1847 Le Combat de coqs (musée d'Orsay, Paris), tableau qui allait connaître une éclatante célébrité et où se révèlent bien les deux aspects de son talent : un réalisme et une virtuosité dignes d'un peintre flamand dans le traitement des animaux et une souplesse de la ligne comme une sensualité dans les figures humaines qui viennent directement d'Ingres. Assez vite, il abandonne la « grande peinture » (l'immense et ambitieux Siècle d'Auguste, 1855, Amiens) pour s'illustrer dans des sujets très divers : thèmes antiques (les célèbres scènes de cirque comme l'Ave Caesar, 1859, Yale), modernes (Louis XIV recevant à sa table Molière, 1862, Malden, États-Unis), contemporains (Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, 1864, Versailles), mais d'abord, à la suite de ses voyages répétés en Turquie, en Grèce et surtout en Égypte, orientaux (Le Prisonnier, 1863, Nantes ; le Marchand de tapis au Caire, 1887, Minneapolis).

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gerôme

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gerôme

photographie

S'il est fameux pour ses œuvres d'inspiration orientaliste ou ses sujets antiquisants, Gérôme peint également des sujets à caractère historique, où s'affirme le goût du décorum propre au second Empire. Jean Léon Gérôme, Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, 1864. Huile... 

Crédits : DEA / G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

On y trouve, avec un certain humour (le sénateur qui dort dans La Mort de César, 1867, Baltimore) et un érotisme évident (scènes de bains maures, marchés d'esclaves), un souci archéologique digne de Flaubert (le casque du gladiateur dans Pollice verso, 1874, Phœnix), des curiosités ethnographiques et psychologiques qui donnent à l'anecdote le caractère d'un véritable document. Enfin, le souci de précision qui veut rivaliser avec la photographie s'appuie sur un sens pictural que révèle à l'évidence la liberté des esquisses (Les Conspirateurs, 1892, Vesoul). À la fin de sa vie, le passage à la troisième dimension et à la sculpture témoigne de cette fondamentale obsession de l'illusion spatiale, tactile et visuelle, puisque certaines de ses sculptures reprennent même les techniques chryséléphantines.

Bain mauresque, J. L. Gérôme

Bain mauresque, J. L. Gérôme

photographie

Jean Léon Gérôme, «Bain mauresque», 1880. Huile sur toile, 57 cm × 43 cm. Collection Najd, Londres. 

Crédits : AKG

Afficher

—  Bruno FOUCART

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GÉRÔME JEAN LÉON (1824-1904)  » est également traité dans :

EAKINS THOMAS (1844-1916)

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN
  •  • 1 434 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'élève de Gérôme et de Bonnat »  : […] Eakins est né en 1844 à Philadelphie dans une famille de quakers ; il fréquenta les écoles locales où son père enseignait ; puis il fit quatre ans de dessin dans un collège secondaire. Dans une ville remplie d'immigrants, il apprit à parler les langues qu'il étudiait en classe : français, italien et espagnol. Il fut admis à la Pennsylvania Academy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-eakins/#i_244

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le réalisme en sculpture »  : […] Nulle part la répugnance à accepter le réalisme ne se manifeste mieux que dans l'attitude critique à l'égard de la sculpture réaliste ; cette dernière est en effet complètement oubliée. Un nu réaliste paraît véritablement nu, et on éprouve quelque gêne à le contempler. C'est la raison pour laquelle de nombreux nus, d'une exécution parfaite, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-art-et-litterature/#i_244

Pour citer l’article

Bruno FOUCART, « GÉRÔME JEAN LÉON - (1824-1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-leon-gerome/