GRAVE JEAN (1854-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans le Puy-de-Dôme, Jean Grave suit à Paris l'enseignement des Frères des écoles chrétiennes jusqu'à l'âge de onze ans. Mis en apprentissage, il se forme lui-même grâce à de nombreuses lectures. Jean Grave succède à son père comme cordonnier en 1876 et commence à fréquenter assidûment les milieux politiques. Converti à l'anarchisme, il anime un cercle anarchiste dans les VIe et XIIIe arrondissements. Sur la demande d'Élisée Reclus, il se rend à Genève pour prendre en main la direction du journal Le Révolté : il a dès lors trouvé sa vocation.

Les tracasseries du gouvernement suisse entraînent, en 1885, le transfert du journal en France, où il devient hebdomadaire. C'est à cette époque que Grave imagine d'adjoindre à la publication un supplément littéraire et artistique. La vague de répression contre les milieux révolutionnaires conduit à la disparition du journal, et Grave est interné sous la double inculpation d'incitation à la révolte et d'association de malfaiteurs. Libéré en 1895, il lance Les Temps nouveaux qu'il maintiendra bon an mal an jusqu'en 1914. Il y expose un anarchisme doctrinal assez froid, scientifique, assez proche de celui de Kropotkine, avec qui il est d'ailleurs lié d'amitié. Cependant, son ouverture aux préoccupations artistiques et littéraires et les liens qu'il noue avec ces milieux permet au supplément littéraire de publier assez régulièrement des articles d'auteurs tels que Zola ou de peintres comme Signac et Pissarro. Enfin, Grave s'oppose fermement aux anarchistes dits individualistes et condamne la pratique de la « reprise individuelle » (c'est-à-dire le vol) qui fait fureur dans les milieux anarchistes à la fin du siècle.

En 1914, Grave passe en Angleterre et adhère sans enthousiasme à une ligue parlementaire pacifiste : il est atterré par l'apathie de la classe ouvrière française. En février 1916, il signe le manifeste des Seize qui contient, ni plus ni moins, une condamnation du militarisme allemand et une constatation résignée de la guerre. Ses anciens camarades des Temps nouveaux l'accusent d'avoir trahi et de s'être rallié à l'Union sacrée. Après la guerre, il se retire au Plessis-Robinson, où il se consacre à l'édition de brochures et à la rédaction de ses mémoires.

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRAVE JEAN (1854-1939)  » est également traité dans :

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les anarchistes et la Première Guerre mondiale »  : […] La guerre de 1914-1918 engendra pour le mouvement ouvrier, particulièrement dans les pays en guerre, un traumatisme grave. La solidarité internationale des prolétaires, si souvent affirmée, se heurta à la persistance du sentiment national. Les anarchistes n'échappèrent pas à la crise et des prises de position s'affirmèrent à l'échelle internationale. Dès février 1915 parut un manifeste antibellici […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Lutte contre l’épidémie de Covid-19. 1er-31 mars 2020

consultatif national d’éthique (CCNE) Jean-François Delfraissy est mis en place auprès du ministère de la Santé pour éclairer la décision publique face à l’épidémie. Le 12, le président Emmanuel Macron présente, dans une allocution télévisée solennelle, un plan de lutte contre la « plus grave crise […] Lire la suite

France. Droit de retrait en nombre à la SNCF après un accident. 16-1er octobre 2019

cheminots soutenus par la CGT font valoir leur droit de retrait « face à un danger grave et imminent », perturbant le trafic ferroviaire à la veille des vacances de la Toussaint. Le 19, le Premier ministre Édouard Philippe dénonce « un détournement du droit de retrait qui s’est transformé en grève […] Lire la suite

France. Polémique au sujet de l’interdiction du burkini sur les plages. 4-26 août 2016

Le 4, le sénateur maire des Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône) Michel Amiel (ex-socialiste qui a rejoint Force 13, le mouvement de Jean-Noël Guérini) interdit la « journée burkini » qu’une association projetait d’organiser le 10 septembre dans un parc aquatique privé de la ville pour permettre aux […] Lire la suite

France. Démission de la garde des Sceaux Christiane Taubira. 7-27 janvier 2016

nationale, Jean-Jacques Urvoas. Le 27 également, Manuel Valls présente devant la commission des lois de l’Assemblée nationale le texte du projet de loi constitutionnel. Celui-ci prévoit qu’« une personne peut être déchue de la nationalité ou des droits attachés à celle-ci lorsqu’elle est condamnée […] Lire la suite

France. Invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. 4-8 juillet 2013

situation inédite sous la Ve République » qui « met en péril l'U.M.P. », Nicolas Sarkozy annonce son retrait du Conseil constitutionnel dont il est membre de droit au titre d'ancien chef de l'État. Le président de l'U.M.P. Jean-François Copé reconnaît que la situation financière […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « GRAVE JEAN - (1854-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-grave/