NOVERRE JEAN GEORGES (1727-1810)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris d'un père militaire, d'origine suisse, Jean Georges Noverre débute comme danseur à Fontainebleau, en 1742, devant la cour de Louis XV ; il danse à Berlin devant celle de Frédéric II, puis à l'Opéra-Comique de Paris (1749), au Drury Lane de Londres (1755) et parcourt ensuite la France. En 1760, il inaugure sa carrière de maître de ballet au service du duc de Wurtemberg (1760-1768), après avoir publié un livre sur la danse que Voltaire qualifiera d'« ouvrage de génie ». De 1770 à 1774, il est à Vienne où il collabore avec Gluck, notamment pour créer les ballets d'Iphigénie en Tauride et d'Alceste. En 1774, il est à Milan, avant d'obtenir de Marie-Antoinette, son ancienne élève, le poste de maître de ballet en chef de l'Académie royale de musique de Paris (où il remplace Gaétan Vestris en 1776). Parmi les nombreux ballets qu'il crée se détachent Les Petits Riens, pour lesquels il obtient une musique de Mozart, qui séjournait alors à Paris. Lors de la Révolution, il passe en Angleterre et y donne encore Iphigénie en Aulide au King's Theatre de Londres. Rentré en France, il travaille à un dictionnaire de la danse ; il mourra à Saint-Germain-en-Laye dans une relative pauvreté.

Noverre laisse dans ses écrits, parmi lesquels Lettres sur la danse et sur les ballets (1760), un héritage important : imprégné de l'idéologie du xviiie siècle, il élabore une doctrine et fixe les règles concernant l'art du ballet, considéré jusqu'alors comme un simple divertissement. Il veut en faire un véritable art dramatique en accord avec la nature et les mœurs des personnages : il préconise une action progressive, une danse capable d'exprimer les passions et les affections de l'âme ; il exige une unité de conception dans la composition du ballet, obligeant le compositeur à conformer sa musique au drame et aux sentiments des protagonistes. Le maître de ballet doit posséder des connaissances approfondies en anatomie, en musique, en dessin, en peinture et une vaste culture humaniste. Qu'il sache non seulement danser, mais aussi coordonner d'une façon harmonieuse bras, jambes et tête dans le mouvement. Il bannit la pure virtuosité, réforme les sauts (entrechats fouettés et non plus frottés, sauts en diagonale et non plus verticaux), insiste sur la valeur de l'en-dehors et du placement des danseurs. Il allège considérablement le costume, supprimant masques, perruques, robes à panier. Ses théories, peu appliquées de son vivant, furent reprises par la suite et peuvent être considérées comme les bases essentielles de l'art chorégraphique du xixe et du xxe siècle.

—  Jane PATRIE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOVERRE JEAN GEORGES (1727-1810)  » est également traité dans :

ANGIOLINI GASPARO (1731-1803)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 357 mots

Chorégraphe, librettiste, compositeur et théoricien italien, Gasparo Angiolini fut l'un des premiers à mêler danse, musique et intrigue dans des ballets dramatiques. Né le 9 février 1731, à Florence, Gasparo Angiolini (de son vrai nom Domenico Maria Angelo Gasparini) devient en 1757 maître de ballet à l'opéra de la cour de Vienne, où ses premiers spectacles dansés font souvent appel au geste pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gasparo-angiolini/#i_14735

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le ballet d'action »  : […] Dans l' Encyclopédie de Diderot, Louis de Cahusac souligne la nécessité d'une évolution pour le ballet mais c'est l'Europe entière qui apparaît maintenant comme le laboratoire de la « nouvelle danse ». À Stuttgart puis à Saint-Pétersbourg, le Viennois Franz Hilferding (1710-1768) introduit dans le ballet le réalisme, les personnages populaires, ainsi que la tragédie avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_14735

CHORÉGRAPHIE - L'art d'écrire la danse

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 173 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  « Danser à livre ouvert » »  : […] Dans le dessein d'enseigner les principes de la danse, de les transcrire graphiquement par signes distinctifs, de proposer diverses entrées de bal et ballet de Louis Pécour, Raoul-Auger Feuillet publie, en 1700, Chorégraphie, ou l'Art de décrire la dance par caractères, figures et signes démonstratifs . En haut de page, il note sommairement sur une ou deux portées la musique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choregraphie-l-art-d-ecrire-la-danse/#i_14735

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 693 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les origines de la chorégraphie »  : […] L'idée même de chorégraphie naît avec la danse savante, c'est-à-dire celle dont on doit connaître les pas pour la pratiquer, qui est apparue à la fin du xv e  siècle dans les cours italiennes, puis importée en France par Catherine de Médicis, où elle prend le nom de danse de cour ou « belle dance française ». Cette ancêtre de la danse classique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choregraphie-l-art-de-creer-les-gestes/#i_14735

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 063 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danse/#i_14735

SALLÉ MARIE (1707-1756)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 263 mots
  •  • 1 média

Fille d'un bateleur, élève de Mlle Prévost, Marie Sallé paraît, enfant, aux foires de Saint-Laurent et de Saint-Germain. Sa carrière se partage entre Paris, où elle est engagée à l'Opéra en 1727, et Londres, où elle danse au cours de trois saisons. C'est à Londres qu'elle sera la créatrice des ballets : Pygmalion en 1734, Bacchus et Ariadne en 1734 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-salle/#i_14735

THÉÂTRE DANSÉ

  • Écrit par 
  • Laurence LOUPPE
  •  • 1 644 mots

Comment définir et surtout circonscrire le « théâtre dansé » ? Originaire d'Allemagne, sa théorie est mal connue en France et a donné lieu à beaucoup d'approximations. Par ailleurs, l'utilisation du terme « danse-théâtre », traduction fautive du Tanztheater allemand, néglige l'aspect adjectival, dans cette langue, d'un mot placé avant le substantif. L'idée de coupler la dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-danse/#i_14735

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « NOVERRE JEAN GEORGES - (1727-1810) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-georges-noverre/