DIEUDONNÉ JEAN (1906-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les travaux du mathématicien français Jean Dieudonné concernent d'importants domaines de la topologie et de l'algèbre.

photographie : Bourbaki

Bourbaki

Le groupe Bourbaki réuni à Besse (Puy-de-Dôme) en juillet 1935 lors du congrès fondateur. Debout de gauche à droite : Henri Cartan, René de Possel, Jean Dieudonné, André Weil et Luc Olivier (invité). Assis : A. Mirlès (invité), Claude Chevalley et Szolem Mandelbrojt. 

Afficher

Né le 1er juillet 1906 à Lille, Jean Dieudonné passe une année au Royaume-Uni en 1919 et une fin d’études secondaires au lycée Faidherbe de Lille, avant d’intégrer l’École normale supérieure de la rue d’Ulm à l’âge de dix-huit ans. Il part en 1928 pour l’université de Princeton (New Jersey) et en revient docteur en 1931. En 1934, Dieudonné participe à la fondation du groupe Bourbaki. Il y collabore presque jusqu'à la fin de sa vie, contribuant très activement à l'élaboration des Éléments de mathématique de Nicolas Bourbaki.

En topologie, on lui doit la notion de partition de l'unité (introduite simultanément par Salomon Bochner, mais indépendamment, en 1937), la notion d'espace paracompact (1944), très utile en topologie algébrique, et d'avoir établi que tout espace métrisable séparable est paracompact. Dieudonné a dégagé l'importance de la topologie faible dans la dualité des espaces vectoriels topologiques localement convexes ; en collaboration avec le mathématicien Laurent Schwartz, il a montré que la théorie des distributions trouvait son cadre naturel dans la théorie de la dualité des espaces de Fréchet et des limites inductives de tels espaces.

En algèbre, signalons d'abord ses travaux sur la théorie de Galois générale des anneaux artiniens simples et, surtout, à partir de 1948, sur la théorie des groupes classiques sur un corps quelconque (éventuellement non commutatif). Les dernières recherches de Dieudonné ont porté sur la théorie générale des groupes formels, algébrisation de la théorie classique de Lie, qui a des applications aux variétés abéliennes et à la théorie des nombres.

Dieudonné a enseigné dans plusieurs universités de France (Nancy, Clermont-Ferrand, Paris, Nice) et à l’étranger (São Paulo et université du Michigan). En 1968, il a été élu membre de l’Académie des sciences. Il a écrit de nombreux ouvrages d'enseignement, ainsi que Pour l'honneur de l'esprit humain : les mathématiques aujourd'hui (1987). Il est mort à Paris le 29 novembre 1992.

—  Jean-Luc VERLEY, Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  DIEUDONNÉ JEAN (1906-1992)  » est également traité dans :

BOURBAKI NICOLAS (XXe s.)

  • Écrit par 
  • André MARTINEAU
  •  • 1 734 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Unité de la mathématique »  : […] La première originalité de Bourbaki, et qui est sans doute dans une large mesure la raison de son succès, est dans sa constitution polycéphale. Ce nom recouvre en effet une libre association de mathématiciens, presque tous français, qui ont accepté de travailler ensemble à la composition des « éléments ». On y entre par cooptation, mais on en sort librement, et, en principe, automatiquement dès qu […] Lire la suite

NICOLAS BOURBAKI (A. Aczel)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 894 mots

Sous-titré « Histoire d'un génie des mathématiques qui n'a jamais existé », le livre (éd. J.-C. Lattès, Paris, 2009) qu'Amir Aczel – chercheur au Centre d'histoire des sciences de l'université de Boston (États-Unis) – consacre au groupe Bourbaki et à son influence sur les mathématiques du xx e  siècle est un hommage objectif et fort documenté aux réalisations de quelques mathématiciens. Ces dernie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « DIEUDONNÉ JEAN - (1906-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-dieudonne/