Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JUNCKER JEAN-CLAUDE (1954- )

Jean-Claude Juncker - crédits : Thierry Tronnel/ Corbis News/ Getty Images

Jean-Claude Juncker

Jean-Claude Juncker est un homme politique luxembourgeois, Premier ministre du grand-duché de 1995 à 2013 et président de la Commission européenne de 2014 à 2019.

« Le plus socialiste des leaders de la droite européenne » pour certains, pour d’autres le « défenseur des intérêts de la banque et de la finance », il a souvent été considéré comme l’« homme du lien entre la France et l’Allemagne », si ce n’est comme le « candidat d’Angela Merkel », tantôt « défenseur du Luxembourg et de son statut de paradis fiscal », tantôt « grand Européen et fédéraliste » – à tel point que le Premier ministre britannique David Cameron le considérait comme un mauvais choix pour présider la Commission, tant « il a lutté toute sa vie pour augmenter les pouvoirs de l’Union européenne sur les États membres ». La variété et les contradictions des jugements portés sur Jean-Claude Juncker au moment de son accession à la présidence de la Commission européenne sont à la mesure de la diversité des espaces de pouvoir qu’il a investis, que ce soit au Luxembourg, dans le cadre de son action en Europe ou, de façon transversale, dans le domaine de la finance.

Le Luxembourgeois et l’Européen

Traiter de la trajectoire de Jean-Claude Juncker, c’est d’abord souligner la force et la longévité de son ancrage politique national. Né à Rédange-sur-Atter en 1954, Jean-Claude Juncker devient avocat en 1980 après des études de droit à la faculté de Strasbourg, sans jamais exercer cette profession. C’est que, travaillant sous l’aile de Jacques Santer, alors ministre des Finances du grand-duché, il devient à vingt-huit ans, en 1982, secrétaire d’État au Travail et à la Sécurité sociale. Élu député en juin 1984, il devient ministre du Travail et ministre délégué au Budget sous le premier gouvernement Santer. Puis, à trente-cinq ans, en 1989, il est nommé ministre des Finances et du Travail. Il conserve ces fonctions jusqu’à la nomination de Jacques Santer à la présidence de la Commission européenne en 1995. Il le remplace alors au poste de Premier ministre du Luxembourg, où il bat un record de longévité à la tête du gouvernement du grand-duché, jusqu’à sa démission en janvier 2013.

Sa carrière nationale est très tôt accompagnée d’un engagement important dans la construction européenne. Dès 1985, Jean-Claude Juncker préside les conseils « Affaires sociales » et « Budget » au cours de la présidence luxembourgeoise du Conseil des Communautés européennes. En 1991, il devient – comme le dit sa biographie officielle – « l’un des principaux artisans du traité de Maastricht, notamment du volet sur l’union économique et monétaire dont il a rédigé lui-même des passages ». Une fois Premier ministre, il occupe une position charnière entre la France et l’Allemagne. Son action à Dublin pour aboutir à un compromis sur le pacte de stabilité lui vaut, en 1996, d’être qualifié de « héros de Dublin ». Un an plus tard, au cours de la présidence du Luxembourg, il dirige le sommet de l’élargissement, également à l’origine de ce qui deviendra l’Eurogroupe, dont il sera le premier président permanent en 2005. Tout cela lui vaut la reconnaissance des milieux européens, ce qui lui permet, dès cette époque, de figurer en bonne place dans la liste des présidents potentiels de la Commission européenne. C’est cette image que consacre le prix Charlemagne qui le distingue, parmi les grands hommes ayant œuvré à l’édification de l’Europe, en 2006.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de science politique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne et au Collège d'Europe de Bruges, chaire Jean Monnet, Belgique

Classification

Pour citer cet article

Didier GEORGAKAKIS. JUNCKER JEAN-CLAUDE (1954- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Jean-Claude Juncker - crédits : Thierry Tronnel/ Corbis News/ Getty Images

Jean-Claude Juncker

Autres références

  • LEYEN URSULA VON DER (1958- )

    • Écrit par Didier GEORGAKAKIS
    • 1 232 mots
    • 2 médias
    ...têtes de liste européennes sont peu connues du grand public et ne disposent que d’une faible légitimité électorale. Ainsi, en tenant compte des abstentions, la liste menée par le précédent président de la Commission, Jean-Claude Juncker, n’avait rassemblé qu’environ 10 % des électeurs en 2014.
  • LUXEMBOURG

    • Écrit par Christian DESSOUROUX, Universalis, Paul MARGUE, Philippe POIRIER
    • 4 055 mots
    • 3 médias
    ...socialiste luxembourgeois (POSL). Cependant, à l'exception de la période 1974-1979, tous les Premiers ministres et ministres d'État sont issus du PCS depuis 1945. Premier ministre du Luxembourg depuis 1995, Jean-Claude Juncker a été reconduit dans ses fonctions à la suite des élections de juillet 2004.
  • PARLEMENT EUROPÉEN

    • Écrit par Olivier ROZENBERG
    • 3 353 mots
    • 3 médias
    ...imposer à la présidence de la Commission la personne désignée par la liste arrivée en tête lors des élections européennes, à savoir le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker – position désignée par l’appellation allemande Spitzenkandidat. En 2019, confrontée à l’hostilité de certains États – dont...

Voir aussi