Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHAPELAIN JEAN (1595-1674)

Fils d'un notaire parisien, Jean Chapelain abandonne des études de médecine pour entrer comme précepteur chez le marquis de La Trousse, dont il administrera longtemps les biens. Célibataire, il vit avec une économie que ses adversaires taxent de ladrerie, de même qu'ils brocardent sa mise peu soignée. Il nourrit, il est vrai, une seule passion, le savoir, et a pour seul luxe sa bibliothèque (4 000 à 5 000 volumes). Il possède à fond les langues et les littératures de l'Antiquité classique, celles de l'Italie et de l'Espagne. Il parle en connaissance de cause des « romans » du Moyen Âge et des poètes du xvie siècle. Son rôle de pédagogue auprès de la future Mme de Sévigné relève de la légende, mais il conseille sans doute la jeune femme. Sa conversation, malgré une gravité compassée, le fait estimer par Montausier et par le clan sérieux de l'hôtel de Rambouillet. Le duc de Longueville le pensionne. On lui offre deux fois un secrétariat d'ambassade, qu'il refuse, et il est nommé conseiller d'État en 1645. Richelieu l'utilise lors de la fondation de l'Académie et le charge de rédiger les Sentiments de l'Académie sur le Cid (1637). Avec ses amis Conrart et Balzac, il régente le monde littéraire dans les années cinquante. Sa position, renforcée par son excessive complaisance et par la correspondance qui l'unit à toute l'Europe, est si robuste qu'elle survit à la publication des douze premiers chants de sa Pucelle (1656). Colbert le choisit pour orchestrer, de 1661 à 1664, l'entreprise de glorification royale qui doit réunir, moyennant gratification, tous les gens de lettres. Mais le ridicule de son poème le désigne aux sarcasmes triomphants de Boileau et d'autres ennemis implacables, comme Ménage, Marolles, Costar. Il finit tristement. Son importance, considérable, s'identifie avec le rôle qu'il a joué dans l'élaboration de la doctrine classique (Préface de l'Adone, 1629 ; Lettre sur les vingt-quatre heures, 1630), dont les tenants, formés à un goût plus sûr, devaient se déchaîner contre lui.

— Jean MARMIER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification

Pour citer cet article

Jean MARMIER. CHAPELAIN JEAN (1595-1674) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • JEANNE D'ARC (1412-1431)

    • Écrit par
    • 4 340 mots
    • 3 médias
    Le xviie siècle serait aussi une époque négative pour Jeanne d'Arc, dont le caractère « gothique » choquait l'esprit classique, si Jean Chapelain ne lui avait consacré une longue épopée, La Pucelle, ou La France délivrée (1656), qui fut « attendue comme une Énéide » et consterna les meilleurs...
  • FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

    • Écrit par
    • 7 270 mots
    ...déclenche l’année suivante contre Le Cid, au nom des principes esthétiques nouveaux. Ceux-ci avaient été définis peu auparavant par un de ses membres, Chapelain, auteur d’une Lettre sur la règle des vingt-quatre heures (1630) et d’un Discours de la poésie représentative (vers 1635) qui définissaient...
  • PRÉCIOSITÉ

    • Écrit par
    • 2 968 mots
    ...dissolu, l'abbé de Croisilles, condamné à mort pour avoir épousé une certaine Marie Poque, sont admis dans la Chambre bleue avec des roturiers comme Voiture, Chapelain, Conrart, Ménage, Pellisson ; celui-ci, fraîchement arrivé de sa province, est présenté par Conrart dans les cercles parisiens et reçu aux samedis...
  • VRAISEMBLABLE, esthétique

    • Écrit par
    • 649 mots

    La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était...