VILLÈLE JEAN-BAPTISTE GUILLAUME JOSEPH comte de (1773-1854)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille de la petite noblesse du Toulousain, Villèle sert comme officier dans la marine royale et se trouve en 1794 à l'île Bourbon, où il acquiert une plantation et où il se marie. Il rentre en France en 1807 pour administrer le domaine familial de Morvilles en Lauraguais et devient conseiller du département de Haute-Garonne, en dépit de son aversion pour le régime impérial. Il accueille avec joie la Restauration, et en juillet 1815 il est nommé maire de Toulouse, puis élu député à la Chambre introuvable. Il s'y affirme comme un tacticien politique redoutable et comme homme d'affaires et fait figure de chef du groupe ultra-royaliste opposé aux ministères de Richelieu et de Decazes. Ministre sans portefeuille dans le second ministère Richelieu en décembre 1820, il le quitte en juillet 1821. Il revient au pouvoir avec le portefeuille des Finances dans le ministère royaliste « pur » constitué en décembre 1821 avec l'appui du comte d'Artois ; puis il est élevé à la présidence du Conseil le 4 septembre 1822. D'apparence physique peu avantageuse, d'une culture générale médiocre, mais d'une grande puissance de travail, Villèle ne manque pas cependant d'une intelligence pratique, d'une éloquence simple et claire, de courage et d'intégrité. Il rétablit l'ordre dans les finances, assure la domination de son parti à la Chambre et dans toutes les administrations. Mais, finalement, il s'aliène l'opinion par une politique intérieure tracassière, recourant à la ruse et à la corruption, et par une politique extérieure timide et humble. Le parti royaliste est divisé par la formation d'une contre-opposition inspirée par Chateaubriand, dont il s'est fait un ennemi en le renvoyant du ministère des Affaires étrangères en juin 1824. À la fin de 1827, il tente de consolider son parti en recourant à des élections anticipées ; leur échec oblige Charles X à se défaire de lui et Villèle, promu pair de France, se retire définitivement de la politique.

—  Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VILLÈLE JEAN-BAPTISTE GUILLAUME JOSEPH comte de (1773-1854)  » est également traité dans :

CHATEAUBRIAND FRANÇOIS RENÉ DE (1768-1848)

  • Écrit par 
  • Patrick BERTHIER
  •  • 6 267 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les variations du royaliste (1814-1830) »  : […] Dès mai 1803, Bonaparte l'avait nommé secrétaire d'ambassade à Rome, puis, à la fin de novembre, ministre dans le Valais ; mais, peu satisfait de cette offre trop modeste, il l'avait déclinée en mars 1804 à cause, affirma-t-il plus tard, de l'exécution du duc d'Enghien, prince de sang royal. Il eut beau jeu, dès lors, de dénoncer allusivement la tyrannie impériale dans un article devenu célèbre du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rene-de-chateaubriand/#i_37780

DRAPEAU BLANC LE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 414 mots

Vaudevilliste à succès sous la Convention thermidorienne, le Directoire, le Consulat et l'Empire, Alphonse Martainville (1776-1830) avait rallié très tôt la cause des Bourbons et écrivit à partir de 1815 successivement dans Le Journal de Paris , La Gazette de France et La Quotidienne avant de fonder, en janvier 1819, sa propre feu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-drapeau-blanc/#i_37780

LANGUEDOC, histoire

  • Écrit par 
  • Jean SENTOU
  •  • 2 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Révolution et contre-révolution »  : […] La Révolution, qui a réussi à briser la puissance du parlement de Toulouse et le vieux cadre provincial, a été accueillie avec enthousiasme par la bourgeoisie protestante du bas Languedoc et, d'une manière plus générale, par les classes sociales urbaines. En revanche, la noblesse, très riche dans le haut Languedoc, résiste avec l'aide des masses rurales pauvres et ignorantes et favorise la contre- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/languedoc-histoire/#i_37780

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les ultras au pouvoir (1820-1828) »  : […] Dès février 1820, le duc de Richelieu, rappelé à la présidence du Conseil, prend trois ultras dans son cabinet. En décembre 1821, Villèle forme un ministère entièrement ultra ; il demeurera au pouvoir jusqu'en janvier 1828. Le 29 juin 1820, la loi du « double vote » rétablit pour deux cent cinquante-huit sièges le scrutin d'arrondissement, favorable aux nobles campagnards, et décide que les cent s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_37780

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « VILLÈLE JEAN-BAPTISTE GUILLAUME JOSEPH comte de (1773-1854) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-guillaume-joseph-villele/